Blogue

Le homard en pince pour les microalgues

Homard sous étude
Credit: Nathalie Rose Lefrançois
Lobster under study
  • Lobster under study
  • Experimental platform intended to study
  • Lobster fishing trap
  • Microalgae-based bait
Le homard en pince pour les microalgues

Comme expliqué plus tôt cette année dans cet article, la pêche commerciale du homard (Homarus americanus) du Québec fait face à un obstacle considérable : les stocks de maquereaux et harengs utilisés comme appât traditionnel sont en déclin. Mon équipe de recherche en physiologie, aquaculture et conservation du Biodôme a été approchée par des acteurs de l’industrie biotechnologique pour évaluer différentes formulations d’appâts à base de microalgues, une alternative écoresponsable pour la pêche commerciale du homard de l’est du Canada. 

Nouvelle plateforme d'analyse de comportement 

Pour étudier le comportement de recherche alimentaire du homard américain, nous avons mis au point une plateforme expérimentale constituée de quatre couloirs aquatiques superposés avec rampes d'éclairage, surveillance vidéo et système de refroidissement, d'aération et circulation de l'eau. Après quelques semaines de montage et de mise au point, nous avons finalement obtenu des résultats préliminaires constants. Terminé les petites infiltrations de lumière, le niveau sonore fluctuant et l’hydrodynamisme insatisfaisant.

Grâce à cette plateforme expérimentale, nous observons en phase nocturne seulement, toute la palette des comportements de recherche alimentaire des homards : détection, orientation, locomotion, manipulation et ingestion. Avec un peu de chance, nous aurons l’opportunité d’observer l’ultime comportement de hoarding chez le homard. Dans cette séquence, le homard sort de son abri, se dirige vers l’appât (artificiel ou non) situé à 2 mètres devant lui, s’en accapare et retourne rapidement vers son abri, comme un voleur triomphant avec son butin au bout de sa pince, pour le déguster à l’abri des regards.

Des résultats positifs

Fait intéressant, au cours de nos essais et avec un peu de perspicacité, nous avons remarqué que le comportement alimentaire des homards était fortement influencé par son sexe. En effet, selon des scientifiques de Pêches et Océans Canada, entre 60 à 80% des captures dans les casiers sont des mâles et seulement de 2 à 10% des homards qui s’aventurent dans les casiers vont être effectivement capturés par le casier. Les femelles, œuvées ou non, démontrent généralement moins d’attirance pour les promesses du casier appâté.  

Lors d’essais répétés sous conditions contrôlées, les résultats préliminaires obtenus par notre équipe indiquent une bonne réactivité. En effet, la nouvelle formulation à base de microalgues testée en laboratoire provoque le déplacement des homards à des fréquences légèrement supérieures à ce qui est observé pour l’appât traditionnel (morceaux de maquereau entier).   

Microalgues : Espoir de révolution verte

L’industrie canadienne de la pêche commerciale au homard est à la recherche d’une alternative depuis plusieurs années. Les efforts à ce jour semblent non concluants et ne règlent surtout pas les problèmes liés à l’utilisation de ressources aquatiques limitées, les coûts de production, la perception des marchés, les volumes disponibles et leur stabilité (prix et disponibilité).   

Cette approche « verte », si elle se concrétise, réduirait la pression de la pêche sur les populations de poissons pélagiques vulnérables et répondrait de façon exemplaire aux attentes de l’industrie des pêches commerciales canadiennes. Une optimisation de la formulation de microalgues est en cours et des essais en mer sont planifiés pour la saison 2024.

Vous souhaitez vous impliquer?
Abonnez-vous à l'infolettre À nous d'agir

Partager cette page

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :
Ajouter un commentaire
Portrait de Anonymous