Blogue

Le réveil des insectes printaniers

Polygone virgule (Polygonia comma)
Credit: Espace pour la vie
Eastern Comma
  • Eastern Comma
  • Mourning Cloak
  • Léthocère d'Amérique
  • Fourmi
Le réveil des insectes printaniers

Quel plaisir que de voir un papillon voler et d’observer une coccinelle sortir de sa cachette dès les premières chaleurs! Ce sont là des signes qui ne trompent pas : lorsque les animaux à six pattes se réveillent, le printemps est vraiment là!

Les premiers insectes à montrer le bout de leurs antennes au printemps sont principalement ceux ayant passé l’hiver à l’état adulte. Prêts à se reproduire, ils s’activent déjà alors que ceux ayant hiberné sous forme de larves ou de nymphes reprennent leur croissance afin d’émerger au cours de l’été.

En mai, il est possible d’observer deux de nos plus belles espèces de papillons, le morio et le polygone virgule, volant aux lisières des bois, dans les forêts et dans les parcs urbains. L’un et l’autre sortent alors de l’abri les ayant protégés tout l’hiver : la brèche d’une clôture, la cavité d’un arbre, une fissure dans un rocher. L’envergure des ailes du morio peut atteindre jusqu’à 8 cm alors que celle du polygone virgule dépasse rarement 6 cm. Les ailes orangées tachetées de noir du polygone ainsi que celles du morio, brunes-violacées, maculées de bleu et bordées de jaune, attirent l’attention et suscitent l’intérêt des randonneurs les plus curieux. 

C’est aussi en mai que le léthocère d’Amérique, une punaise d'eau géante, sort du fond des lacs et des étangs pour s’envoler à la recherche d’un partenaire. Lors de ses déplacements, l'insecte est souvent attiré par l’éclairage de nos habitations et la lumière intense des lampadaires. Désorienté, il s’épuise à voler autour de ces sources lumineuses puis tombe au sol. On l’observe alors sur la pelouse, l'asphalte et, très souvent, dans les piscines où il nage activement, à la plus grande surprise de nombreux propriétaires.

C’est enfin dès les premières chaleurs du printemps que les fourmis remontent à la surface du sol et visitent parfois nos habitations. Si elles entrent dans les maisons en cette période de l’année, c’est qu’elles sont généralement en quête de nourriture, le monde extérieur n’étant pas encore assez accueillant pour répondre à leurs besoins. Le retour du soleil, des bourgeons et des premières fleurs aura toutefois vite fait de les attirer à l’extérieur où elles passeront le reste de l’été. 

Pour en découvrir plus sur le rôle essentiel des insectes et arthropodes
Abonnez-vous à l'infolettre Nos voisins les insectes

Partager cette page

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :
2 Commentaire(s)
Portrait de Denis Dufresne
Denis Dufresne

Bonjour,
J'ai l'impression qu'il y a très peu d'insectes pollinisateurs de présent actuellement malgré mes fruitiers en fleur. Est-ce l'effet des changements climatique ou c'est juste normal à cause d'un printemps frais ?

Logo
Espace pour la vie

Bonjour,

Nous avons transmis votre question à Madame Giroux et voici sa réponse :

"Oui, le printemps plus frais est certainement en cause. Toutefois, depuis plusieurs années, on observe une baisse de l'abondance des insectes pollinisateurs partout dans le monde et le Québec n'y échappe pas! Les causes sont multiples:
· l'impact des pesticides sur leur comportement et leur taux de reproduction;
· la baisse de ressource florale reliée à l'usage généralisé d’herbicides;
· l'impact des changements climatiques sur la synchronicité des insectes avec les ressources florales;
· les épisodes de chaleur extrême;
· la baisse de la qualité nutritionnelle du pollen relativement à la hausse de CO2 dans l'atmosphère;
· l'utilisation de pollinisateurs domestiqués (ex. : la location de ruches d’abeilles domestiques par les cultivateurs) a des impacts sur la disponibilité des fleurs et sur le transfert de parasites et d’agents pathogènes.".

Merci de votre intérêt pour Espace pour la vie.
Cordialement,
L'équipe du blogue

Ajouter un commentaire
Portrait de Anonymous