Blogue

Les abeilles solitaires, des insectes à découvrir!

Agapostemon virescens (Halictidae)
Credit: Espace pour la vie (Claude Lafond)
Agapostemon virescens (Halictidae)
  • Agapostemon virescens (Halictidae)
  • Lasioglossum pilosum (Halictidae) collecting pollen.
  • Agapostemon virescens (Halictidae)
Les abeilles solitaires, des insectes à découvrir!

Pour la plupart des gens, le mot abeille évoque généralement l'image d'une colonie d’abeilles domestiques (Apis mellifera) constituée d’une reine et de milliers d'ouvrières. Or, saviez-vous que la grande majorité des espèces d'abeilles ont des vies solitaires?  Chez ces espèces, chaque nid est occupé par une seule femelle qui joue à la fois le rôle d’ouvrière et de reine. Cette femelle construit son propre nid, le défend contre les parasites et les prédateurs. Elle cherche aussi du pollen pour sa progéniture.

Solitaires… mais souvent communautaires!

Les abeilles solitaires construisent leurs nids dans une grande variété de substrats tels du bois mou, des tiges moelleuses ou des cavités préexistantes. Toutefois, environ 70% des abeilles solitaires font leur nid sous terre. Au Québec, les andrènes (Andrena), les collètes (Colletes), les abeilles de la sueur (Lasioglossum) et les halictes (Halictus) sont les plus connues pour nicher dans le sol. D‘ailleurs, il n’est pas rare de les voir s’installer dans nos plates-bandes ou aux alentours de nos sentiers pédestres. 

En creusant, ces abeilles accomplissent de véritables prouesses techniques. Chez les collètes, par exemple, la femelle fore d’abord un tunnel vertical d’une profondeur allant de 10 à 30 cm. Elle fabrique ensuite de petites galeries qu’elle imperméabilise en les tapissant d’une sécrétion ressemblant à du papier cellophane. Chez les halictes et les andrènes, les parois des galeries sont plutôt endurcies d’une sécrétion liquide et imperméabilisante. Ainsi bien isolée, chacune de ces petites cellules est alors prête à recevoir un œuf accompagné d’une portion de pollen qui servira de nourriture à la future larve. Celle-ci se développera dans sa cellule, s’y transformera en nymphe puis deviendra une abeille prête à se reproduire. Enfin, bien que certaines espèces nichent de façon solitaire (p. ex : les abeilles de la sueur), certaines forment des communautés pouvant contenir plusieurs centaines de nids (p. ex. : les halictes) et constituent de véritables « aires de nidification ».

Aménagement d’un site de nidification

Les abeilles solitaires femelles colonisent rarement des orifices déjà présents dans le sol. Elles préfèrent creuser elles-mêmes leur propre nid. Elles choisissent habituellement un endroit ensoleillé et exposé au sud, car leur activité est très dépendante de la température. L’endroit sélectionné est plutôt isolé et surtout, contient un minimum de  35 % de sable. Le sable facilite leur travail d’excavation et offre généralement un meilleur drainage. Il protège aussi des infections fongiques et diminue les risques de noyade des larves lors de fortes pluies.   

En général, les abeilles solitaires ne butinent pas très loin de leur lieu de nidification. Il s’agit souvent d’une distance qui, en moyenne, varie de quelques mètres. Par conséquent, il est important que leurs ressources alimentaires, soit le nectar et le pollen des plantes, fassent partie du voisinage immédiat des aires de nidification. 

Des populations en déclin

Selon les scientifiques, les bourdons ne sont pas les seuls à voir leurs populations diminuer. Malheureusement, peu de données existent pour les abeilles solitaires. Toutefois, une étude européenne a révélé qu’une majorité d’entre elles était menacée. C’est le cas, notamment, pour 12,9 % des Colletidae et pour 18,9% des Melittidae, une autre famille d’abeilles excavatrices. En outre, la fragmentation et la destruction des habitats, l’exposition aux pesticides, l’impact de plantes et d’abeilles introduites sont parmi les principales menaces à la conservation des abeilles solitaires.

 

Plus d'informations:

Abeilles solitaires et abeilles sociales

Pour en découvrir plus sur le rôle essentiel des insectes et arthropodes
Abonnez-vous à l'infolettre Nos voisins les insectes

Partager cette page

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :
3 Commentaire(s)
Portrait de Jackie
Jackie

Il y a de nombreuses abeilles solitaires dans mon jardin. Surtout en début d’été. Je fais attention de ne pas marcher dessus lorsque je fais du ménage. Ça fait environ 5 ans qu’elles s’y sont installé.
Jackie

Portrait de Hélène
Hélène

J'ai trouvé une abeille blanche dans une fleur de dahlia. C,est la première fois que je voyais cela, est-ce que c'est commun?

Ajouter un commentaire
Portrait de Anonymous