Blogue

Les perséides 2020, un spectacle de fin de soirée

Une Perséide photographiée en 2015.
Credit: John Flannery
Une Perséide photographiée en 2015.
Les perséides 2020, un spectacle de fin de soirée

Chaque année, le mois d’août ramène un classique des nuits d’été : la pluie d’étoiles filantes des Perséides. Du 10 au 14 août, les amateurs de ciel étoilé pourront observer plusieurs dizaines de météores par heure.

Les étoiles filantes sont en vérité des poussières, de la grosseur d’un grain de sable, qui entrent à grande vitesse dans l’atmosphère terrestre, environ 210 000 km/h pour les Perséides! À cette vitesse, la poussière parcourt une grande distance avant de se consumer entièrement et laisser sur son sillage la longue traînée lumineuse caractéristique des étoiles filantes.

Le rôle des comètes

Ce sont les comètes qui sont responsables des pluies d’étoiles filantes. En circulant autour du Soleil, les comètes, qui sont composées de glace et de roche, laissent derrière elles un nuage de poussière. Plusieurs de ces nuages croisent l’orbite de la Terre. Lorsque notre planète traverse un de ces nuages, un grand nombre de poussières pénètrent l’atmosphère terrestre.

La pluie des Perséides est due à la comète Swift-Tuttle découverte en 1862 par les astronomes Lewis Swift et Horace Tuttle. Elle boucle une orbite autour du Soleil en 133 ans et son dernier passage remonte à 1992, réalimentant le nuage de poussière qui génère les Perséides.

Pourquoi les Perséides?

Vues du sol, un observateur aura l’impression que les météores d’une pluie proviennent d’une région donnée du ciel, qu’on appelle le radiant. Le nom de la pluie est celui de la constellation où se trouve le radiant. La constellation de Persée abrite le radiant de la pluie du mois d’août, d’où son nom des Perséides.

Il existe plusieurs dizaines de pluies d’étoiles filantes, mais celle des Perséides est l’une des trois plus fortes. Dans des conditions idéales (un ciel parfaitement dégagé et sans pollution lumineuse), on estime qu’il est possible d’observer jusqu’à une centaine de météores par heure lors du maximum de la pluie. Sa popularité vient du fait qu’elle se déroule pendant la saison estivale.

La Terre traverse le nuage laissé par la comète Swift-Tuttle entre le 17 juillet et le 24 août, mais c’est entre le 10 et le 14 août que la pluie est plus spectaculaire. Le maximum d’intensité aura lieu cette année le 12 août entre 4 h et 17 h.

La Lune vient gâcher le spectacle

Le radiant des Perséides apparaît au-dessus de l’horizon nord-est en début de soirée et continue de s’élever jusqu’à l’aube. La deuxième portion de la nuit est donc la meilleure période pour observer les météores.

Malheureusement, cette année la Lune sera au dernier quartier le 11 août, ce qui gênera considérablement les observations durant la période favorable de la fin de la nuit. Vous devrez profiter de la période entre 22 h et 1 h du matin pour observer ces poussières cosmiques.

Pour pleinement profiter du phénomène, je vous conseille de vous étendre sur une chaise longue avec une couverture, car les nuits du mois d’août peuvent être fraîches. Installez-vous en direction de l’est, puis laissez dériver vos yeux sur la voûte céleste. Sortez votre liste de vœux, car vous apercevrez assurément des étoiles filantes. Vos vœux ne se réaliseront probablement pas, mais vous aurez assisté à un magnifique spectacle céleste.

Pour plus d'information sur l'observation de planètes, constellations, et phénomènes astronomiques
Abonnez-vous à l'infolettre À ciel ouvert

Partager cette page

Articles qui pourraient vous intéresser

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :
1 Commentaire(s)
Portrait de Danielle Corbeil
Danielle Corbeil

Est-il fréquent de voir un bolide ? On me dit que l'on pense que c'est ce que j'ai vu aux iles de la madeleine dans la soirée du 11 août. C'était superbe ! Selon vous, est-ce plausible. C'était long, pas très haut et une trainée d'étincelles. Je croyais qu'un avion était en feu pour commencer. Ce fut extraordinaire ...

Ajouter un commentaire
Portrait de Anonymous