Blogue

Les phyllies, de véritables insectes feuilles

Phyllium philippinicum
Credit: Insectarium de Montréal (René Limoges)
Phyllium philippinicum
  • Phyllium philippinicum
  • Phyllium giganteum (Cameron-highlands, Pahang, Malaisie - 1992)
  • Phyllium jacobsoni (Mt. Argopuro, Java Est, Indonésie - 2017)
  • Phyllium bioculatum (Mt. Salak, Java Ouest, Indonésie - 2006)
  • Phyllium brossardi (Ranau, Sabah, Malaisie - 2007)
  • Phyllium bioculatum - oeuf
Les phyllies, de véritables insectes feuilles

Rédigé le 23 janvier 2018

Parmi les insectes qui ressemblent à s’y méprendre à des feuilles, les phyllies sont probablement les plus spectaculaires. Les premiers naturalistes à les avoir observées les avaient nommées les feuilles ambulantes !

Les Phylliidae : une petite famille

Il n’existe pas plus de 70 espèces de Phylliidae ! Cette famille d’insectes assez rares est parmi les plus spectaculaires et les plus fascinantes de la planète. On retrouve des phyllies dans les milieux tropicaux en Asie, en Indo-Australie, avec quelques espèces aux iles Fidji.

Des insectes fascinants

Chez les phyllies, il existe un dimorphisme sexuel très accentué. Le mâle, longiligne, possède de longues et fines antennes. Il vole bien et est attiré par la lumière, ce pourquoi on le retrouve en plus grand nombre dans les collections.

À l’inverse, les femelles ne volent pas. Plus grand et plus aplati, leur corps ressemble à s’y méprendre à une feuille, avec ses antennes courtes et ses pattes foliées.

Une biologie encore méconnue

Les spécialistes pensent que plusieurs espèces de phyllies vivent très haut dans la canopée de la forêt tropicale, soit entre 20 et 60 mètres. Elles vivent sur leur plante hôte et se nourrissent de végétaux. Durant sa vie, chaque femelle va pondre du haut de l’arbre une centaine d’œufs.

Ceux-ci, petits et à l’aspect de graines, possèdent de petits ailerons qui permettent leur dispersion par le vent. La forme des œufs varie d’une espèce à l’autre, et ces derniers sont importants dans la classification des espèces. À l’éclosion, les larves sont souvent de couleur rouge ou noire. Elles changeront graduellement de coloration au cours des mues successives, pour toutes devenir vertes. Le cycle vital est assez long, mais les adultes ne vivent que quelques mois.

Les phyllies ont peu de moyens de défense, sinon de se confondre presque parfaitement avec les feuilles de leur habitat. Certaines phyllies poussent ce mimétisme à l’extrême, le bout de leurs ailes vertes étant taché de nuances de brun qui rappellent les feuilles mortes. Dans la nature, les phyllies vont jusqu’à imiter le mouvement des feuilles dans le vent en faisant un mouvement de balancier.  

L’étude des Phylliidae et la description de nouvelles espèces

Récemment, des études importantes ont été entreprises sur les Phylliidae avec des tests d’ADN sur de nombreux spécimens, et ce, afin de mieux comprendre leur diversité, mais aussi pour essayer de regrouper des mâles et des femelles qui auraient été décrites sous divers noms, tout en appartenant à la même espèce. La famille comprend aujourd’hui quatre genres soit Chitoniscus, Microphyllium, Pseudomicrophyllium et Phyllium.

C’est en travaillant avec ces chercheurs et en examinant des grandes séries de phyllies de diverses collections qu’il a été possible de découvrir et de décrire deux nouvelles espèces de Phyllies du genre Phyllium. Ces nouvelles espèces Phyllium bourquei et Phyllium brossardi (décrites par Cumming & Le Tirant) ont ainsi été nommées en l’honneur de Pierre Bourque et Georges Brossard, deux fondateurs de notre institution.

Partager cette page

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :
Ajouter un commentaire
Portrait de Anonymous