Blogue

Mission Perseverance: retour à l’expéditeur

Cibles de calibration sur l’astromobile Perseverance.
Credit: NASA
Calibration targets on the Perseverance rover
  • Calibration targets on the Perseverance rover
  • SHERLOC’s calibration target
  • SuperCam’s calibration target
Mission Perseverance: retour à l’expéditeur

L’astromobile Perseverance qui vient de se poser sur la planète Mars a emporté avec elle des objets très particuliers: deux météorites martiennes!

Perseverance possède sept instruments scientifiques. Deux d’entre eux, SHERLOC et SuperCam, sont très sensibles et demandent un calibrage régulier.

SHERLOC est muni d’un laser, d’une caméra (appelée WATSON) et de spectromètres. Ces instruments, d’une grande précision, analyseront des roches sur le sol martien pour déterminer leur composition et rechercher des molécules organiques. 

À cause de l’environnement hostile de la planète Mars, il faudra calibrer les instruments à tous les 3 à 5 mois. Pour ce faire, des échantillons de matériaux différents ont été embarqués sur Perseverance, dont un fragment de météorite martienne.

Appelée Sayh al Uhaymir 008 (SaU 008), cette météorite a été découverte en 1999 dans le Sultanat d’Oman. C’est le Muséum d’histoire naturelle de Londres qui a donné un fragment de la météorite au Jet Propulsion Laboratory pour qu’il soit intégré à l’astromobile.

Une météorite qui voyage

Le deuxième fragment de météorite martienne sur Perseverance a une histoire encore plus fascinante!

Il fait partie de la cible de calibration positionnée à l’arrière de l’astromobile. Cette cible sera utilisée par la SuperCam montée sur le mât principal de Perseverance pour calibrer ses spectromètres et son laser.

Cette fois, c’est un fragment de la météorite NWA 10170 qui a été intégrée sur l’astromobile. Cette météorite a été découverte dans le désert du Sahara en 2015. Le chasseur de météorite français Luc Labenne a fait don à l’Agence spatiale européenne d’un fragment de cette météorite qu’il avait dans sa collection personnelle.

L’Agence l'a ensuite confié à l’astronaute Thomas Pesquet pour qu’il l’emporte avec lui lors de son séjour dans la Station spatiale internationale en 2016. À son retour, la météorite a été découpée en trois morceaux. L’un d’eux est maintenant exposé à la Cité de l’espace à Toulouse en France. Un autre a été offert à M. Pesquet. Finalement, un petit bout a été intégré à la cible de calibrage sur Perseverance.

C’est donc un retour aux origines inédit pour ces deux fragments de météorites martiennes.

Pour plus d'information sur l'observation de planètes, constellations, et phénomènes astronomiques
Abonnez-vous à l'infolettre À ciel ouvert

Partager cette page

Articles qui pourraient vous intéresser

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :
Ajouter un commentaire
Portrait de Anonymous