Blogue

Montréal et Shanghai : 30 ans d’amitié

Groupe d'artisans chinois ayant participé à la construction du Jardin de Chine du Jardin botanique de Montréal en 1990.
Credit: Jardin botanique de Montréal (Denis Labine)
artisans-chinois-jbm
  • artisans-chinois-jbm
  • Construction du Jardin de chine
  • Construction du Jardin de chine
Montréal et Shanghai : 30 ans d’amitié

Montréal et Shanghai célèbrent cette année le 30e anniversaire de leur jumelage, officialisé le 14 mai 1985. L’amitié entre les deux villes a notamment permis la construction d’un jardin traditionnel chinois au cœur du Jardin botanique de Montréal.

Un peu d’histoire

En octobre 1970, le Canada est le deuxième pays occidental à reconnaître la République populaire de Chine, alors en pleine Révolution culturelle. Le premier ambassadeur chinois au Canada, Wang Wa, s’installe à Ottawa en 1971. Jean Drapeau, maire de Montréal à l'époque et connu pour son sens poussé de la diplomatie, pose un geste décisif pour l’avenir des relations entre Montréal et la Chine : il se déplace personnellement afin de féliciter l’ambassadeur. Alors que la Chine peine à sortir de son isolement international, Wang Wa est extrêmement touché du geste. Les Chinois ont la mémoire longue, dit-on; c’est probablement pour cette raison que, devenu vice-président de la Chine, Wang Wa accepte la participation de Shanghai aux Floralies internationales de Montréal (1980). C’est lors de cet événement d’envergure que Pierre Bourque, directeur du Jardin botanique de Montréal, fait des rencontres déterminantes qui permettront la construction du Jardin de Chine. Les relations entre Montréal et la Chine s'enrichissent à la suite des Floralies, et en 1985, Shanghai et Montréal deviennent villes jumelles.

Un jardin témoin de l’amitié

La construction du Jardin de Chine (1990-1991) n'a été possible qu’à travers cette entente et grâce à la pérennité des liens d’amitié créés entre des hommes comme Pierre Bourque et Hu Yunhua, du Service des parcs de Shanghai. Ces liens patiemment travaillés ont su surmonter les événements de la place Tian’anmen qui, en 1989, mettent un sérieux frein aux relations sino-occidentales. Durant cette période, Montréal est la seule ville jumelée avec Shanghai qui conserve ses liens avec la Perle de l’Orient, et ce, à travers le projet du Jardin de Chine. Quand les artisans et ouvriers chinois débarquent à Montréal au printemps 1990, ils sont bel et bien les seuls représentants de leur nation en sol québécois.

Magnolia et pommetier

Depuis, par la présence de plusieurs symboles, le Jardin de Chine souligne l’amitié entre les deux villes. Dans la Cour d’entrée, remarquez la présence du magnolia, dont la fleur est l’emblème officiel de Shanghai, et du pommetier, qui représente Montréal. Voyez également la magnifique fresque représentant des grues chinoises traversant l’océan afin de danser sous les érables canadiens.

Ce printemps, visitez pour une dernière fois le Jardin de Chine sous sa forme originale, avant que ne soient entrepris d’importants travaux de restauration qui sont effectués en étroit partenariat… avec nos bons amis de Shanghai.

Partager cette page

Articles qui pourraient vous intéresser

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :
Ajouter un commentaire
Portrait de Anonymous