Blogue

Naissance de lynx et gestion des populations animales au Biodôme

Les chatons lynx avec leur mère.
Credit: Espace pour la vie/Claude Lafond
Les chatons lynx avec leur mère.
  • Les chatons lynx avec leur mère.
  • Des grenouilles dorées du Panama.
  • Petites tortues des bois.
  • Rainette faux-grillon
Naissance de lynx et gestion des populations animales au Biodôme

Une heureuse nouvelle

Au matin du 1er mai, l'équipe des collections vivantes du Biodôme a eu l’heureuse surprise de constater la naissance de trois chatons lynx. En réalité, il s’agissait plutôt d’une demi-surprise. En effet, plusieurs accouplements avaient été observés à la fin du mois de février et une rondeur grandissante de l’abdomen de la femelle lynx avait été notée au début du mois d’avril. Cette naissance est un bel événement pour le Biodôme, mais elle constitue également une bonne nouvelle pour les populations de lynx sous soins humains.

Les programmes de survie des espèces

Le Biodôme, avec une poignée d’autres institutions au Canada, fait partie de l’Association des Zoos et Aquariums (AZA). Cette organisation nord-américaine accrédite les institutions zoologiques qui démontrent les plus hauts standards de qualité en termes de soins animaliers, de gestion des populations animales, de programmes éducatifs, de recherche et conservation. À titre d'institution accréditée par l’AZA, le Biodôme participe aux programmes SSP de survie des espèces (Species Survival Plan) coordonnés par cette instance. Ainsi, le lynx du Canada, tout comme une vingtaine d'autres espèces du Biodôme, fait partie d’un de ces programmes SSP. Ces programmes de conservation visent à maintenir une bonne santé démographique et génétique des populations sous soins humains. Ces populations étant souvent réduites à quelques dizaines ou centaines d’individus répartis dans plusieurs institutions zoologiques et centres de conservation, elles peuvent être sujettes à des problématiques telles que la dérive génétique ou la dépression de consanguinité. La gestion de la démographie et de la génétique de ces populations, basée sur des données scientifiques, permet de maintenir une certaine diversité génétique ou de freiner sa perte. Ceci est un point critique, car c'est la diversité génétique des populations qui leur confère une capacité d'adaptation aux changements de leur environnement.

Quel est l'intérêt des populations ex-situ

Au-delà de leur pérennisation, on pourrait légitimement se demander à quoi servent ces populations ex-situ. La réponse à cette question n'est pas unique et dépend bien évidemment du statut des populations en milieu naturel. En effet, l’apport d’une population ex-situ ne sera pas le même pour une espèce éteinte à l'état sauvage et pour une espèce qui est uniquement menacée à une échelle locale. Dans ces deux cas, et dans bien d’autres, l'existence d’une population ex-situ agit comme une police d’assurance. Celle-ci peut permettre de supporter les populations qui rencontrent certains défis démographiques (ex. : tortue des bois), de maintenir à court terme des populations d’une espèce animale faisant face à une menace imminente avant de les réintroduire dans leur environnement (ex. : grenouille dorée du Panama) ou encore de réintroduire une espèce disparue localement (ex. : rainette faux-grillon) ou globalement dans la nature. Dans tous ces cas, un élément clé du succès de ce type de programme de conservation et de sauvegarde des espèces est d’avoir une bonne connaissance de la biologie de l'espèce et une expertise de son maintien et de sa reproduction. Cette expertise, souvent détenue par des institutions zoologiques ou des centres de conservation, constitue un grand apport à la conservation.

Apprenez-en davantage sur les projets de conservation du Biodôme.

Pour aller plus loin :

Vous souhaitez vous impliquer?
Abonnez-vous à l'infolettre À nous d'agir

Partager cette page

Articles qui pourraient vous intéresser

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :
Ajouter un commentaire
Portrait de Anonymous