Blogue

Oiseaux urbains ou campagnards : y a-t-il une différence?

Carouge à épaulettes (Agelaius phoeniceus)
Credit: Wikimedia Commons (Walter Siegmund)
Agelaius phoeniceus
Oiseaux urbains ou campagnards : y a-t-il une différence?

En fait, les oiseaux urbains parlent-ils le même langage que les oiseaux de la campagne? Ont-ils le même dialecte?

Ville et campagne : deux univers sonores différents

En nature, la végétation dense absorbe les hautes fréquences. Pour communiquer, les oiseaux utilisent davantage des sons graves qui transpercent la forêt et sont perçus plus facilement par les autres. Depuis des millénaires, les oiseaux se sont adaptés à cette réalité sonore.

En ville, la situation est différente. Les automobiles, les camions et autres engins émettent surtout des sons de basses fréquences. De plus, l’architecture réfléchit et distord les sons aigus.

Un oiseau de la campagne qui se déplace en ville doit donc s’adapter à ce nouveau milieu et à cette nouvelle réalité. Plus le milieu est bruyant, plus il doit chanter fort.

Comment se faire entendre en ville?

Pour les oiseaux, le son est primordial. Le chant et le cri règlent la formation des couples, renseignent sur les propriétaires du lieu ou signalent la présence d’un prédateur. En milieu urbain, l’omniprésence des basses fréquences masque en partie le chant et le message transmis n’est plus aussi efficace. Certaines espèces ne vont chanter que lorsque le bruit ambiant est plus faible et évitent donc de chanter matin et soir : elles attendent la fin de l’heure de pointe. En fait, si le merle d’Amérique chante la nuit, c’est pour se faire entendre en évitant les bruits ambiants du jour, et non à cause de la présence de lumière artificielle.

La majorité des autres espèces modifie son chant. Plusieurs émettent des sons plus aigus, qui transpercent les bruits de la ville. Plus il y a de bruit, plus le chant du bruant à couronne blanche est aigu.

Parfois, seules certaines parties du chant sont modifiées. En ville, le carouge à épaulettes modifie les premiers trilles de son chant, des changements qui nuisent à la reconnaissance et à la compréhension du message. En retranchant quelques syllabes à son chant, le carouge chante moins longtemps et son message risque de passer inaperçu ou d’être mal compris. Fait également étonnant, comme les humains, les oiseaux chantent plus vite en ville qu’à la campagne!

Assistons-nous à la formation de nouvelles espèces?

Les oiseaux urbains ne chantent plus de la même façon que leurs confrères de la campagne. Avec les années, il est de plus en plus difficile pour un oiseau rural de comprendre ce que lui dit son comparse urbain. Chez l’oiseau, la reproduction est liée à la communication. Des modifications profondes aux chants vont engendrer des problèmes de communication et pourraient favoriser, à la longue, l’émergence de nouvelles espèces dont l’origine serait anthropogénique, c’est-à-dire issue de la modification du milieu par l’humain.

Venez observer les oiseaux au Biodôme, du 23 avril au 15 mai, dans le cadre de l'activité Ornithologie en fête.

 

Partager cette page

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :
Ajouter un commentaire
Portrait de Anonymous