Blogue

Un boisé, des écureuils, des humains et un concours de dessin

Panneau installé à l’entrée du boisé Dora-Wasserman situé dans le parc Mackenzie-King de l’arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, afin de sensibiliser les gens qui s’y promènent.
Credit: Arrondissement Côte-des-Neiges—Notre-Dame-de-Grâce
Panel that has been set up at the entrances to the Boisé Dora Wasserman located at Mackenzie King Park in the borough of Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, with a view to raising awareness in the people who walk there.
  • Panel that has been set up at the entrances to the Boisé Dora Wasserman located at Mackenzie King Park in the borough of Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, with a view to raising awareness in the people who walk there.
  • Panel that has been set up at the entrances to the Boisé Dora Wasserman located at Mackenzie King Park in the borough of Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, with a view to raising awareness in the people who walk there.
  • Winning entry in the Walking the Trails category of the drawing contest: Conserving my neighbourhood woodlot.
  • Winning entry in the Feeding the squirrels category of the drawing contest: Conserving my neighbourhood woodlot.
  • Winning entry in the Zero waste category of the drawing contest: Conserving my neighbourhood woodlot.
Un boisé, des écureuils, des humains et un concours de dessin

Conscientiser les résidents d'un quartier de la richesse d'un boisé situé à proximité et identifier les actions qui nuisent à sa régénération peuvent grandement contribuer à la conservation de la biodiversité de ce lieu.

C'est dans cet esprit qu'au début de 2021, un concours de dessin a été proposé à des élèves d'écoles secondaires du quartier Côte-des-Neiges. Les dessins devaient refléter la vision des jeunes par rapport à trois problématiques présentes dans le boisé Dora-Wasserman situé dans le parc Mackenzie-King de l'arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce.

Problématiques identifiées

  1. Nourrir les écureuils
  2. Marche hors sentier
  3. Déchets laissés dans le boisé

La recherche d'information a permis aux étudiants de proposer des solutions aux trois problématiques et de les traduire sous la forme d'une production artistique. Diverses informations leur ont été fournies pour les soutenir dans leur démarche respective.

Un boisé urbain

Le petit boisé Dora-Wasserman, d'une superficie de 1,6 ha, est riche en espèces indigènes. Contrairement au parc adjacent gazonné où l'on retrouve des terrains de jeu, le boisé est une érablière à caryer dont la densité d'arbres confère des propriétés bénéfiques au quartier, à la santé physique et au bien-être des résidents. Considéré comme un îlot de fraîcheur, le boisé contribue à la captation des polluants atmosphériques et à l'infiltration d'eau. Le parc Mackenzie-King est par ailleurs l'un des parcs de Côte-des-Neiges les plus fréquentés durant la période estivale. Cet achalandage contribue malheureusement au dépérissement du boisé dû, entre autres, au piétinement hors des sentiers, à la présence de déchets et à la surpopulation des écureuils.

Des espèces envahissantes

Le nerprun, l'alliaire et l'anthrisque des bois sont des plantes envahissantes présentes dans le boisé Dora-Wasserman. Ces espèces sont exotiques et ont été introduites d'Europe au début du siècle dernier pour leur propriété horticole (nerprun), culinaire (alliaire) ou médicinale (anthrisque des bois). Elles se développent rapidement et prennent la place des espèces indigènes.

Au cours des dernières années, grâce à une équipe dynamique de bénévoles, le nerprun a été coupé, créant ainsi des ouvertures qui facilitent l'accès des promeneurs au boisé. Depuis le début de la pandémie, le besoin des résidents d'accéder à la nature a favorisé une plus grande fréquentation du boisé. Malheureusement, les nombreux déchets laissés sur place et les nouveaux sentiers créés ont contribué à la perte de biodiversité. Ainsi, la flore indigène (trille, sanguinaire, érythrone) issue de notre climat et qui fait la beauté du boisé au printemps, disparaît en raison de la marche hors des sentiers. Le sol mis à nu sur de grandes surfaces par le piétinement contribue à l'érosion de celui-ci lors de fortes pluies.

La malnutrition et la surpopulation des écureuils

L'alimentation de l'écureuil gris varie selon les saisonsé: glands, faines, noisettes et maïs. Les fruits ou les graines de chêne, d'érable, d'orme, de noyer et de caryer constituent la majeure partie de son alimentation. Au printemps, il mange les bourgeons gonflés de sève et arrache l'écorce pour lécher la sève qui s'en écoule, avec une préférence pour l'érable.

Les écureuils, lorsque nourris par des gens bien intentionnés, deviennent plus nombreux que la capacité du boisé à les nourrir. Trop nombreux pour un territoire limité, les écureuils deviennent agressifs. également, ces rongeurs grugent les jeunes arbres pour faire leurs dents et y installer leur nid. Plusieurs arbres en dépérissent et en meurent. Par ailleurs, même si les écureuils agissent comme agent de dispersion des graines en les enterrant à l'automne, en trop grand nombre, ils peuvent nuire à la régénération naturelle des espèces du boisé. Le défi est de protéger les arbres et une population normale d'écureuils.

Une image vaut mille mots

Aux termes de leur recherche, les élèves ont produit leur dessin. Ceux-ci ont préalablement été sélectionnés par vote en classe. Un maximum de trois dessins par thème par classe a été soumis pour le concours. Les dessins gagnants ont été sélectionnés par les partenaires du projet pour la qualité du dessin et la pertinence du message.

Les jeunes gagnants ont créé des œuvres inspirantes dans le cadre de leur formation en art avec madame Marchessault du Collège international Marie de France.

Vous pouvez admirer les dessins gagnants reproduits sur des panneaux installés aux entrées du boisé afin de sensibiliser les gens qui s'y promènent.

Lire aussi :

De jeunes élèves sensibilisent la population avec des projets artistiques

Références :

  • Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec. 2006. Paramètres d'exposition chez les mammifères – écureuil gris. Fiche descriptive. Ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs du Québec, 18 p.
  • Corrie Bruemmer. Peter Lurz, Karl Larsen, John Gurnell. 1999. Impacts and Management of the Alien Eastern Gray Squirrel in Great Britain and Italy: Lessons for British Columbia. Proc. Biology and Management of Species and Habitats at Risk, Kamloops, B.C., 15–19 Feb. 1999.
  • Espace pour la vie : https://espacepourlavie.ca/ecureuils-et-bulbes
  • Forêts, Faune et Parcs, Québec : https://www 3.mffp.gouv.qc.ca/faune/importuns/fiche.asp#domm
  • Melissa J. Merrick, Karl L. Evans and Sandro Bertolino. 2016. Urban grey squirrel ecology, associated impacts, and management challenges. Ecology & Management of an Invasive Species in Europe.
Partager cette page

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :
Ajouter un commentaire
Portrait de Anonymous