Blogue

Un potager sur le balcon, c’est gourmand (3e partie)

Tomates © Clare Bloomfield
Un potager sur le balcon, c’est gourmand (3e partie)

Dans les deux premières parties de cette chronique, nous nous sommes attardés à la culture en contenant des légumes de climat frais. Nous abordons maintenant la production des plants de tomates, une plante de climat chaud.

Un choix déterminant

On trouve sur le marché des plants de tomates à croissance indéterminée, déterminée et semi-déterminée. Les cultivars indéterminés produisent des tiges et des grappes de fruits de façon continue, aussi longtemps que le climat le permet. Les plants dits déterminés et semi-déterminés cessent de croître lorsqu’ils ont produit un certain nombre de fruits. Les variétés indéterminées sont moins compactes, moins précoces et demandent un peu plus de soins (tuteurage, taille), mais elles produisent davantage sur une plus longue période. En général, les fruits issus des variétés indéterminées sont plus savoureux.

La culture des tomates en contenant

La plupart des variétés de tomate peuvent être cultivées en contenant, et certaines d’entre elles donnent de meilleurs résultats. Si vous aimez les tomates de gros calibre (375 à 750 grammes) du genre Brandywine, Celebrity ou Cœur de bœuf, sachez qu’elles ne battront pas de records de grosseur si elles sont cultivées en pot. On peut néanmoins obtenir des fruits savoureux si on leur donne beaucoup d’eau, d’engrais et un bon volume de terre. Les cultivars qui produisent des fruits de petit calibre (55 à 85 grammes) souffrent beaucoup moins de l’effet « nanisant » de la culture en pot.

Ne lésinez pas sur le contenant

Il est préférable d’utiliser de grands contenants (45 à 50 cm de diamètre), car les plants de tomate ont un système racinaire abondant et ramifié qui pénètre en profondeur dans le sol. Ceci est d’autant plus important pour les cultivars indéterminés qui atteignent facilement deux mètres de hauteur. Ceux qui ne peuvent pas se permettre des pots de grandes dimensions, devront se rabattre sur les cultivars spécialement développés pour la culture en contenant (patio hybride, tumbling tom red, tumbling tom yellow, tiny tim, lunch box vf, etc.) qui supportent l'étroitesse des pots de 25 à 30 cm de diamètre.

Les bonnes doses de chaleur, d’eau et d’engrais

La tomate demande de la chaleur pour venir à maturité. Les températures idéales pour déclencher la mise à fruits sont de 14 à 17 oC la nuit et 19 à 24 oC le jour. Les conditions très chaudes ou très froides peuvent entraîner des malformations du fruit ou l’avortement des fleurs. Les plants de tomate exigent un approvisionnement régulier en eau. Des périodes de sécheresse suivies de fortes pluies ou d’arrosages abondants entraînent un ralentissement de la croissance et des problèmes de carence, surtout en calcium. L’idéal est un système de goutte-à-goutte. À défaut du nec plus ultra dans le domaine de l’irrigation, placez un paillis à la surface du sol et arrosez avec de l’eau tempérée dès que les trois ou quatre premiers centimètres de sol sont secs au toucher. La tomate est exigeante en nutriments. Fertilisez aux deux semaines avec un engrais soluble riche en potasse.

Taille et fécondation

Les plants indéterminés produisent des pousses latérales entre la tige principale et les feuilles. Il faut les enlever au fur et à mesure qu’elles apparaissent, car une production excessive de feuilles et de tiges nuit à la production de fruits. Taillez également les feuilles inférieures qui sont flétries et malades. Conservez tout de même une bonne couverture de feuilles, car les fruits ne doivent pas être exposés au plein soleil. Pour favoriser la maturation des fruits en fin de saison, éliminez les fleurs et les fruits qui n’auront pas le temps de mûrir. Enfin, si les insectes pollinisateurs ne fréquentent pas votre balcon, il faudra secouer vos plants de temps en temps (entre 11 h et 15 h autant que possible !) pour optimiser la fécondation des fleurs. N’hésitez pas à consulter les conseils que l’on retrouve dans le b-a ba de la culture en contenant pour mettre toutes les chances de votre côté. La semaine prochaine, nous vous présenterons la quatrième et dernière partie de cette chronique sur le potager gourmand qui mettra à l'honneur l'haricot et le concombre.

Pour obtenir d’autres conseils de jardinage, visitez le Carnet horticole de notre site Internet. Enfin, n'oubliez pas de mettre à votre agenda le Rendez-vous horticole qui aura lieu les 27, 28 et 29 mai prochains au Jardin botanique de Montréal. Cet événement dont la thématique cette année est le jardin gourmand,rassemble une centaine d'exposants (producteurs, artisans, associations horticoles, etc.), présente plusieurs causeries et offre l'occasion unique de rencontrer nos experts en horticulture.

Lire la 4e partie >

Vous avez des questions par rapport à ce blogue?
Consultez notre Carnet horticole et botanique ou, présentez-vous au comptoir des renseignements horticoles du Jardin botanique pour un service personnalisé. Un de nos experts se fera un plaisir de vous donner plus d’informations.

Partager cette page

Articles qui pourraient vous intéresser

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :
1 Commentaire(s)
Portrait de Sophie Morin
Sophie Morin

Merci pour les conseils sur ce blogue et ceux donnés par vos collègues au Rendez-vous gourmant., très pércieux pour la débutante que je suis. Cet été je pourrai épater les invités avec mes tomates vertes (et sucrées), mes noires (Black Cherry) et mes rouges (une vieille espèce m'a t-on expliqué). C'est fou le choix qu'il y a au Rendez-vous, c'est un rendez-vous pour tous, malgré le temps maussade.