Blogue

Un rendez-vous avec Vénus et Jupiter

Saturne, Vénus, Mercure et la Lune — Le 9 octobre 2009, le croissant lunaire rejoignait Saturne, Vénus et Mercure à l’aube. Photo : Stefan Seip/TWAN; reproduit avec permission.
Credit: Espace pour la vie (Stefan Seip/TWAN)
Saturne, Vénus, Mercure et la Lune © Stefan Seip/TWAN
Un rendez-vous avec Vénus et Jupiter

Au cours des prochains jours, les deux planètes les plus brillantes se donneront rendez-vous à l'aurore pour une rencontre des plus impressionnantes à observer. En effet, Vénus et Jupiter se rapprocheront graduellement jusqu'au 18 août, alors qu'elles ne seront plus séparées l'une de l'autre que par un quart de degré dans le ciel.

Rendez-vous célestes

Les rencontres rapprochées entre objets célestes (ou « conjonctions », dans le jargon des astronomes) ne sont pas des événements rares : même nos lointains ancêtres avaient observé la trajectoire cyclique d’astres brillants à travers le ciel nocturne. À intervalles réguliers, parfois sur des dizaines d’années, ils les voyaient converger dans le ciel, puis s’éloigner les uns des autres. Après des millénaires d'observation, nous savons maintenant que la répétition des conjonctions dépend des objets impliqués et du degré de rapprochement des astres dans le ciel. Par exemple, des conjonctions entre Vénus et Jupiter se produisent en moyenne à tous les 13 mois, alors que les conjonctions entre Jupiter et Saturne ne surviennent qu’à tous les 20 ans. Mais peu importe leur fréquence, les conjonctions planétaires sont des phénomènes à surveiller, car elles nous permettent de visualiser le déplacement des planètes dans le système solaire.

La conjonction Vénus-Jupiter : mode d'observation

Pour suivre l’évolution de cette conjonction, la plus belle de l’année, repérez d’abord Vénus et Jupiter au cours des jours qui précèdent la mi-août. Les deux planètes sont faciles à voir à l’aube, vers 5 h du matin, juste au-dessus de l’horizon est nord-est. Si l'horizon est bien dégagé, elles apparaîtront comme deux étoiles éclatantes : Vénus, la plus brillante des deux, reposera au-dessus et à droite de Jupiter. Plus proche du Soleil, Vénus se déplace dans l’espace à 35 kilomètres par seconde et boucle son orbite en 225 jours. Jupiter, beaucoup plus éloignée du Soleil, met près de 12 ans à parcourir son immense orbite à la vitesse de 13 kilomètres par seconde. Cette différence de vélocité deviendra apparente au cours des matins suivants, alors que Vénus plongera rapidement vers le Soleil et se rapprochera de Jupiter, qui montera lentement à sa rencontre. L’écart entre les deux planètes diminuera d’environ un degré par jour, jusqu’au 18 août : ce matin-là, elles ne seront plus qu’à un quart de degré l’une de l’autre — à peine la moitié du diamètre de la pleine lune! Dès le lendemain, les deux planètes se sépareront à nouveau, alors que Jupiter grimpera de plus en plus haut dans le ciel, et que Vénus s’enfoncera à l’horizon.

Et maintenant, le trio

Le matin du 23 août, la Lune décroissante se joindra aux deux brillantes planètes, ajoutant à la beauté de la scène. Puisque la Lune sera tout près de la fin de son cycle de 29 jours et demi, le croissant apparaîtra comme un mince arc de lumière suspendu dans le ciel de l’aube, 6 degrés à la droite de Jupiter et Vénus. Le fin croissant pourra être admiré avec des jumelles, en plus de révéler une délicate lumière cendrée – la lumière du Soleil réfléchie par la Terre et qui baigne la portion autrement sombre du disque lunaire. Cette combinaison de la Lune et de planètes suspendues dans le ciel coloré de l’aube constitue l’un des plus merveilleux spectacles célestes qui soit!

Pour plus d'information sur l'observation de planètes, constellations, et phénomènes astronomiques
Abonnez-vous à l'infolettre À ciel ouvert

Partager cette page

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :
Ajouter un commentaire
Portrait de Anonymous