Blogue

Un trésor céleste enfoui en Namibie

Site protégé de la météorite Hoba en Namibie.
Credit: Sergio Conti
Site protégé de la météorite Hoba en Namibie.
  • Site protégé de la météorite Hoba en Namibie.
  • Fragment de la météorite Hoba exposé au Planétarium Rio Tinto Alcan.
Un trésor céleste enfoui en Namibie

Il y un siècle, un fermier découvrait un énorme rocher dans le sol africain : la météorite Hoba. Pesant plus de 60 tonnes, il s’agit de la plus grosse météorite trouvée sur Terre!

L’histoire de cette découverte débute en 1920 sur la ferme Hoba Ouest en Afrique du Sud-ouest, maintenant connue sous le nom de Namibie. La ferme serait alors occupée par Michael J Henson, mais c’est la famille de Jacobus Hermanus Brits qui vit sur la ferme à cette époque. La ferme Hoba Ouest est située à 20 km à l’ouest de Grootfontein et à 65 km au sud-est de la ville minière de Tsumeb.

Une journée d’hiver de l’année 1920, alors qu’il est à la chasse, M. Brits découvre un étrange rocher noir encastré dans le calcaire blanc. Dès lors, il découpe et apporte un morceau au gestionnaire de la compagnie minière de la région qui confirme qu’il s’agit d’une météorite. Des analyses subséquentes démontreront que la météorite, nommée Hoba, est un bloc de fer et nickel pesant pas moins de 60 tonnes. Ce qui en fait alors la plus grosse météorite sur Terre.

M. Henson effectue ensuite des démarches auprès du musée de Pretoria (le territoire de l’Afrique du Sud-ouest appartient à l’Afrique du Sud depuis la fin de la Première Guerre mondiale) pour connaître le prix de la météorite en prétendant en être le découvreur et le propriétaire ! Sur ce point, la compagnie minière South West African Company se prétendra elle aussi propriétaire de la météorite, ayant investi de l’argent pour analyser l’objet.

Déplacer un colosse

Des membres du gouvernement sud-africain songent alors à déplacer la météorite à Pretoria. Ils ne seront pas les seuls à songer à cette idée. Certains penseront l’amener en Angleterre et même au Musée d’histoire naturelle à New York. Mais tous réaliseront que déplacer un tel mastodonte est impossible. De plus, les autorités gouvernementales vont rapidement rappeler qu’il est illégal d’exporter la météorite hors du pays.

Les voyages vers la région de Grootfontein sont difficiles à l’époque et prennent plusieurs jours en train. Ainsi, seule une poignée de spécialistes s’y rendent pour étudier, souvent de façon superficielle, la météorite. L’existence de cette pierre venue de l’espace est alors peu connue, même parmi les scientifiques.

Connue grâce au New York Times

La météorite Hoba devient connue du grand public le 23 février 1929, lorsqu’un journal afrikaans publie un article de l’astronome Willem J. Luyten sur les météores, dont Hoba. En mars, le New York Times publie deux articles de Luyten sur la météorite Hoba (connue alors sous le nom de météorite de Grootfontein), lui conférant dès lors une renommée mondiale.

L’éminent géologue L.J. Spencer, du British Museum de Londres, visite la météorite en 1929 et 1930. Il publie un article scientifique très étoffé sur la météorite Hoba en 1932. Cet article est encore considéré comme un incontournable pour quiconque s’intéresse à la météorite Hoba. Depuis ce temps, la météorite a fait l’objet de nombreuses études scientifiques.

La météorite Hoba est de forme carrée avec ses côtés de 2,95 m par 2,84 m et une épaisseur moyenne de 0,91 m. Elle est composée de 82% de fer et 16% de nickel. Il s’agit d’une météorite de type ataxite IVB. Seules 17 météorites de ce type sont connues dans le monde. Sa masse est de 60 tonnes. Certains estiment que lors de sa découverte sa masse était de 66 tonnes. De nombreux fragments ont été enlevés au fil du temps.

Protéger la météorite pour les générations futures

La météorite Hoba a été déclarée monument national en 1955 par l’administration sud-ouest africaine. Dans les années 1980, la compagnie minière Rössin Uranium Limited de concert avec le Conseil des monuments nationaux de Namibie ont aménagé le site pour protéger la météorite du vandalisme et développer le volet éducatif de ce trésor de Namibie.

Partager cette page

Articles qui pourraient vous intéresser

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :
Ajouter un commentaire
Portrait de Anonymous