Menu global

Entomophonie, le balado

Français
Crédit photo : Isabella Salas
Entomophonie, le balado

Ce balado vous invite dans les coulisses de la création d’une œuvre musicale bien particulière puisqu’elle a été créée entièrement à partir de sons d’insectes. Commissionné par l’Insectarium de Montréal | Espace pour la vie, le musicien expérimental Leon Louder raconte sa démarche artistique entre les sons fournis par le musée et ceux qu’il a lui-même enregistrés lors de soirées à la belle étoile. De la composition de son album Entomophonie à sa performance sur la scène extérieure du festival MUTEK, il livre son processus de création, ses inspirations, et l’évolution de son rapport avec les insectes.

Transcription

L’Insectarium, un des cinq musées d’Espace pour la vie, présente Entomophonie, une Célébration de l’entomophilie par le son, avec l’artiste Leon Louder.

Tous les sons que vous entendrez dans ce balado sont des sons d’insectes, originaux ou modifiés. Bonne écoute.

  Musique Odonata

Je m’appelle Leon, je suis musicien expérimental et concepteur sonore, entre autres.

  Son album “dialogue”

Je fais de la musique qui pourrait être décrite comme de la musique de danse, mais aussi de la musique très très très abstraite, et aussi de la musique à l’image. Musique à l’image c’est la musique pour les films, télévision, publicité, tout ça…

Je suis déjà venu à l’insectarium parce qu'il y avait un appel aux artistes pour célébrer les insectes.

Quand j’ai appris que j’ai été sélectionné, que mon projet a été retenu, j’ai été extrêmement reconnaissant, je me sens extrêmement chanceux de faire ça. C’est vraiment un projet de rêve!

Le fait que ma proposition a été retenue, je remarque beaucoup les insectes, beaucoup plus qu’avant. J’ai l’impression de les voir partout! Je les vois avec un nouveau regard.

  Son d’insecte

Ce que j’aime chez les insectes évidemment c’est la diversité énorme, ça, c’est quelque chose qu’on ressent quand on vient à l’insectarium, ça, on le voit.

Dans la vie normale, ce que j’aime avec les insectes c’est vraiment le fait que ce sont des créatures miniatures qui ressemblent à nous un peu.

  Son d’insecte

J’ai toujours trouvé ça en fait. C’est spookie en fait à quel point ils ont des petits visages, des jambes, plus que d’autres animaux, ils ressemblent à nous.

Ils sont plus anciens et beaucoup plus primitifs, on se demande, ça rend curieux!

J’ai quand même eu une certaine expérience avec les insectes dans le passé qui m’a marqué, alors j’ai toujours été intéressé par les sons insectes spécifiquement et le potentiel de ces sons-là pour transmettre une émotion.

  Son ambiance nuit été

En 2007, j’ai dormi dehors dans les montages à l’État de New York presque 2 semaines. J’étais très allergique à quelque chose dans la maison où on restait. C’était un voyage de travail assez intense.

Alors ces nuits que j’ai passé dehors, il y avait beaucoup de bruit d’insectes, j’ai adoré ça! J’ai trouvé presque une expérience spirituelle, de joie dans ces sons-là. J'avais de la difficulté à dormir dans la maison après. Je voulais toujours dormir dehors.

Quand j'ai reçu l’invitation de proposer une œuvre sonore pour l’insectarium, je me suis dit il faut absolument que je fasse ça, que je me rende assez disponible pour faire ça. J’ai tout de suite mis les choses en action pour pouvoir être disponible pour travailler là-dessus. J’étais très très très enthousiaste.

  Musique

Là nous sommes dans mon studio, c'est aussi un studio qui fait partie d’un espace partagé que j’utilise uniquement pour moi, c’est une petite chambre pleine d’équipement de musique, d’instruments, vinyles, cassettes, livres. Trop de choses…

Je me sens un peu dans le jus, mais aussi très heureux et inspiré en même temps ! Mais y’a des grosses vagues d’inspirations, c’est totalement normal dans tous les processus créatifs. Il y a des vagues d’extases, suivies de vagues de découragement. Mais c’est pas si extrême que ça. Je ne veux pas être dramatique. Mais y’a des jours où il me semble que j’ai plein plein d’idées bonnes, et y’a des jours où il me semble que j’ai juste un gros bordel, rires. Mais la vérité reste au milieu.

  Son insecte

Depuis un certain temps, je cherche plus les sons un peu subtils, j’essaye de créer plus d'espace entre les sons aussi. Pas de faire un gros tapis de son, mais d’aller chercher le silence, de jouer avec les silences, entre les sons. Ce qui présente un certain défi.

Pour la musique, j’essaye de faire un peu un parallèle entre l’humain puis l’insecte, mais aussi, juste comme de célébrer les sons d’insectes en tant que tels, like as they are… comme ils sont. Là, je suis plus dans un processus de découvrir les sons, comme ils sont, puis d’essayer d’apprécier ça, et de les mettre en valeur plus. Voilà!

  Son album “Tropical Toccata”

Quelque chose qui m’a frappé récemment dans le processus, c'est que je pensais au fait que dans plusieurs genres de musiques, plusieurs styles de musiques, on n'entend des imitations d’insectes. Surtout, j’ai pensé aux percussions qui peuvent ressembler à des grillons, et là ça m’a amené à penser que peut-être nous les humains, on a appris la musique et le rythme des insectes, parce qu'il y a juste ça dans la nature qui fait ça.

Pour ce projet, j’utilise des échantillonneurs, y’en qui vont dire les samplers, c‘est l’anglicisme. J’en ai 3 que j’utilise pour ce projet, chacun à ses paramètres différents et permet de manipuler le son de créer de la musique d’une différente façon. Alors, moi j’improvise beaucoup, j’aime ça là, les accidents, trouver les accidents, happy accidents, alors jouer avec 3 instruments ça me permet de découvrir like, d’explorer d’une façon très spontanée.

  Son papillon de nuit ralenti

Ça, c’est un papillon de nuit que j’ai enregistré à la campagne et que j’ai ralenti, ça fait que le rythme qui fait, c’est très naturel. C’est exactement ce qu’ils font dans la vraie vie, mais au ralenti.

  Son de mouche de chevreuil

C’était une mouche de chevreuil qui était autour de ma tête et j’ai juste mis l’enregistreur là. Voilà! Rires

Alors sur cette pièce la chorale est faite uniquement avec des sons de moustiques, de maringouins en fait, et le son de basse qui embarque vient d’une prise de son d’une abeille.

  Extrait Odonata

Pour le festival, pour MUTEK, pour la performance à MUTEK, hum, je vais certainement parce qu'on n’a pas le choix de pré-enregistrer des sons d’insectes puis les mettre dans les samplers, et avoir une certaine démarche, puis chaque échantillonneur va être sur une piste séparée. Je vais les mélanger ensemble live, pour créer des variations, et ce qui est intéressant dans ce processus, c’est pouvoir regarder le public, et travailler un peu, par rapport à ce que je sens. Qu’est-ce qui marche, qu’est-ce qui ne marche pas. Read the crowd we say. Ça fait que je vais avoir un plan de ce que je vais faire, mais ça pourrait changer.

Avant la performance, les prochaines étapes, ça va être de continuer cette création organique et improvisatoire, et de commencer concrètement à concrétiser c’est quel, c’est quelle pièce qui vont être sur la chose finale et en même temps de planifier la performance

  Musique Batucicada

On est présentement pas loin du site à MUTEK où je vais faire la performance, la première, de cette œuvre qui s’appelle maintenant Entomophonie. Et c’est ça ! La performance va commencer dans à peu près une heure et quinze minutes. Je présenterai cette pièce comme étant une symphonie de techno new age bizarre faite à partir de sons d’insectes. rires

Alors, la pièce a plusieurs sections: des sections lentes, des sections très percussives, des sections un petit peu agressives mêmes, et surtout beaucoup de rythmiques différentes. En ce moment je suis très excité. Je suis un peu nerveux, mais pas trop. Oui je me sens prêt. Pendant le soundcheck, j’ai vu que le son est très très fort. Il y a plein plein de fréquences, alors je m’attends à ce qu’il y aura peut-être quelques palpitations du cœur.

  Extrait de discours de Maxim Larrivée, directeur de l’Insectarium

Ici c’est la 4e célébration de l’entomophilie, on est vraiment fiers de vous présenter aujourd'hui le récipiendaire de notre concours en fait, Leon Louder. Pour vous présenter notre célébration de l’entomophilie sonore.

Leon Louder nous a vraiment séduits, il a séduit le jury, par sa proposition audacieuse et unique en n’utilisant que des sons d’insectes. Ce que vous allez entendre c’est que des sons d’insectes et c’est spectaculaire.

  Extraits de captation du festival et applaudissement

Je me sens… assez content de comment ça a été.

Le jour de la performance, j’étais pas du tout nerveux. J’étais très très excité et très content parce que non seulement je savais qu’il y aurait du monde, mais aussi il faisait très beau, alors je m’attendais juste à une journée assez magique. Par contre 30 minutes avant la performance, j’avais envie de vomir. J’étais quand même nerveux, puis c’est normal, c'était toujours comme ça.

J’ai eu beaucoup de plaisir de jouer parce que j’étais bien préparé. Alors j’ai eu un bogue au début, très petit, très mineur, puis après ça c’était assez smooth

  Son de mouche

Pendant la performance, il y a une toute petite mouche qui s’est atterri sur mon sampler, puis qui est restée là, tout le long. J’ai senti quand même que les insectes sont toujours avec moi, puis, depuis ce projet-là je les regarde beaucoup plus.

It was deep, c’était profond comme expérience, oui…

  Début de la pièce Batucada


Entomophonie est un balado, présenté dans le cadre des Célébrations de l’entomophilie par l’Insectarium, un des cinq musées d'Espace pour la vie, en collaboration avec MUTEK.

  • Réalisation : Maïté Belmir
  • Musique : Leon Louder
  • Post-production : Les studios Bakery

Espace pour la vie, le plus important complexe en sciences de la nature au Canada, a pour mission de rapprocher l'humain de la nature et de favoriser une prise de conscience sur la nécessité de s'engager dans sa protection.

Add this