Menu global

Geneviève Lajoie

Français
Geneviève Lajoie
Crédit photo : IRBV / Amélie Philibert
Geneviève Lajoie

Chercheuse en écologie végétale et microbienne, je me suis jointe à l’équipe du Jardin botanique en 2021. Je m’intéresse particulièrement à l’écologie et à l’évolution des relations symbiotiques entre les plantes et leur microbiote. J’aime utiliser des approches de recherche multidisciplinaires pour améliorer notre compréhension des interactions entre les espèces.

  • Botaniste chercheuse au Jardin botanique
  • Professeure associée au département de Sciences biologiques à l'Université de Montréal
  • Affiliations :
    • Centre des Sciences de la science et de la biodiversité du Québec (CSBQ)
    • Programme de formation en sciences et services de la biodiversité computationnelle (BIOS2)
  • Voir ses publications sur sa page web.

Domaines des recherche et d'expertise

  • Écologie évolutive et fonctionnelle
  • Symbioses plantes-microbes
  • Diversité microbienne de la phyllosphère
  • Réponse des organismes aux changements climatiques et à l’urbanisation

Formation

Post-doctorat en biologie, 2020-2021
University of British Columbia

Doctorat en biologie, 2020
Université du Québec à Montréal

Maîtrise en biologie, 2014
Université de Sherbrooke

Baccalauréat en Sciences de l’Agriculture et de l’Environnement, 2012
Université McGill

À propos de mon travail

Comprendre l’origine et les conséquences de la diversité microbienne sur Terre constitue une priorité pour les biologistes du 21e siècle. Les applications de la recherche en écologie microbienne sont particulièrement pertinentes pour répondre aux grands défis environnementaux de notre génération, que ce soit l’amélioration de la santé humaine et végétale ou le maintien de la qualité de l’air, de l’eau et des sols.

Ma recherche au Jardin botanique porte sur l’écologie et l’évolution des relations symbiotiques entre les plantes et leur microbiote. Mon laboratoire cherche notamment à comprendre quels types de microbes vivent en association avec les feuilles des plantes, et quelles caractéristiques physiologiques leur permettent d’adopter ce mode de vie. Nous nous intéressons aussi à la façon dont le microbiote végétal peut participer à la prévention des maladies végétales au Jardin botanique.

Pourquoi j’aime la recherche

Être chercheuse, c’est une carrière stimulante qui me permet de continuer à apprendre, à me mettre au défi et à exercer ma créativité au quotidien. J’aime lire et échanger sur de nouveaux sujets en biologie et développer des projets qui aideront à améliorer nos connaissances. Je me sens privilégiée de faire partie de cette aventure collective et internationale qu’est la recherche scientifique.

Add this