Menu global

La Forêt tropicale humide du Biodôme

Français
Tamarin pinché (Saguinus oedipus).
Crédit photo : Biodôme de Montréal
Tamarin pinché (Saguinus oedipus) dans la forêt tropicale humide du Biodôme

Si la météo est un sujet populaire à Montréal, à seulement quelques stations de métro du centre-ville, la température de la forêt tropicale humide du Biodôme est constante, été comme hiver. Elle varie en effet de 25 à 28 °C le jour à 21 ou 22 °C la nuit avec une humidité relative d'au moins 70-80 %. L’air chaud et humide ainsi que la luxuriante végétation tropicale offrent un dépaysement garanti pour bien moins cher qu’un voyage dans le Sud!

Dès l’entrée dans cet écosystème, on se laisse envoûter par la beauté des lieux. En fait, le Biodôme de Montréal n’est pas un zoo. C’est l’un des rares endroits au monde à présenter une importante diversité de plantes et d'animaux, autant terrestres qu'aquatiques sous un même toit. Et c’est grâce à cette approche par écosystème qu’il est possible de mieux comprendre les interrelations entre le milieu et les organismes ainsi qu'entre les organismes eux-mêmes.

Par exemple, lors d’une visite en famille ou entre amis, on peut observer, ici et là, un « bouquet » de perroquets perchés dans les branches ou un caïman qui se prélasse au bord de l’eau ou encore un groupe de capybaras dans un bassin parmi les silures-tigres rayés, les poissons-chats à queue rouge, les pacus et les brycons à nageoires noires.

En empruntant la passerelle qui mène à la mezzanine, on découvre un tout nouveau point de vue, un panorama imprenable sur la cime des arbres. Les plus observateurs réussiront peut- être à apercevoir le paresseux à deux doigts à travers le feuillage de cette verdoyante forêt du Biodôme. À qui la chance?

Des animaux et des plantes exotiques au Biodôme

Bien à l’abri des intempéries à l’intérieur du Biodôme de Montréal et de l’écosystème de la forêt tropicale, le paysage représente une vallée de roches calcaires qu'un fleuve aurait creusée il y a des milliers d’années. Aujourd’hui, un simple cours d'eau s'écoule jusqu’à un marais. À travers les différents habitats, on peut observer des centaines de poissons, dont des piranhas; de minuscules grenouilles colorées, les dendrobates, et des reptiles dont l’anaconda et le caïman. Un peu plus loin, dans l'un des versants de la vallée, une grotte accueille des chauves-souris qu’on peut tranquillement observer. Et partout dans cette fascinante forêt vivent plusieurs mammifères tropicaux et plusieurs dizaines d'oiseaux, dont des callistes, des ibis et des aras. Un pur bonheur pour les enfants en sortie familiale ou scolaire au Biodôme!

La végétation exotique est d’une diversité à couper le souffle : des figuiers « étrangleurs », des épiphytes qui transforment les branches des arbres en jardin; des palmiers peuplant les sous-bois et des lianes à la recherche du soleil. Spectaculaire et dépaysant à souhait!

L’enjeu de la déforestation expliqué au Biodôme

Les forêts tropicales humides sont à la fois d’une extraordinaire richesse biologique et d’une grande vulnérabilité. L’écosystème de la Forêt tropicale humide du Biodôme se veut donc un symbole, une sorte de cri d'alarme lancé pour la survie de ces magnifiques, mais fragiles forêts menacées, notamment, par la déforestation.

Les forêts tropicales humides d'Amérique, d'Afrique et d'Asie n'occupent que 6 % de la surface terrestre du globe. Cependant, elles abritent plus de la moitié, voire les deux tiers des espèces animales et végétales connues. Or, leur superficie diminue sans cesse et à un rythme très préoccupant.

On peut tous jouer un rôle dans la protection de cet écosystème. Les éducateurs et éducatrices scientifiques du Biodôme sont d’ailleurs présents sur les sentiers, prêts à répondre aux questions des visiteurs sur le sujet.

La conservation au Biodôme de Montréal

Derrière les murs du Biodôme, les équipes ont acquis une expertise qui leur permet, avec différents collaborateurs, de s’impliquer activement dans la conservation de certaines espèces. Ils participent entre autres à un programme de conservation sur le tamarin-lion doré (un primate) et sur la grenouille dorée du Panama, ainsi qu’à une étude de la biodiversité des Hylodes Guadeloupéennes (une grenouille).

Quelques faits et chiffres

  • L’écosystème de la Forêt tropicale humide occupe une superficie de 2 600 m².
  • Avec ses centaines de plantes et d'animaux, il constitue le plus vaste écosystème du Biodôme de Montréal.
  • Et pour reproduire le plus fidèlement possible l’environnement naturel de cet écosystème, un éclairage artificiel permet d’ajuster la durée du jour et l’intensité lumineuse pour qu’elles soient comparables à celles de la forêt tropicale à longueur d’année.

Add this

Partager cette page