Menu global

Insectes et autres arthropodes

Les insectes suceurs

Français
Crédit photo : Insectarium de Montréal (Claude Pilon)
Syrphidae, Québec, Canada.

De nombreux insectes sont incapables de couper et de broyer des aliments solides. Ils se nourrissent uniquement de nourriture liquide. Chez les insectes suceurs, les mandibules fortes et tranchantes, les maxilles et certaines autres pièces buccales sont modifiées en stylets. Ces pièces buccales allongées forment un long tube par lequel les aliments liquides sont aspirés.

En général, la bouche des insectes suceurs fonctionne comme une pompe. Le nombre de stylets, leur agencement et leur fonctionnement permettent de distinguer les différents groupes d'insectes suceurs.

Les suceurs-lécheurs

Certains insectes suceurs, comme la mouche domestique et la drosophile, sont qualifiés « d'épongeurs ». Leur bouche ressemble à une éponge placée au bout d'une courte trompe appelée proboscis. La mouche domestique se nourrit généralement de nourriture liquide, mais elle est aussi capable de liquéfier des aliments solides avec sa salive. La mouche peut replier son proboscis sous sa tête lorsqu'elle ne s'en sert pas.

Les papillons sont des « suceurs ». Leurs pièces buccales comprennent des palpes labiaux et des maxilles allongées. Les maxilles sont soudées l'une à l'autre pour former une longue trompe. Au repos, cette trompe s'enroule sur elle-même, sous la tête; dépliée, elle ressemble à une paille. Les papillons sont donc fort bien équipés pour aspirer le nectar des fleurs et le jus des fruits fermentés.

Il y a toutefois quelques exceptions. Les adultes de certaines espèces de papillons de nuit, tel le papillon lune, ont des pièces buccales atrophiées et ils sont incapables de se nourrir. Ils vivent des réserves accumulées alors qu'ils étaient au stade chenille. D'autres (certains noctuidae) sont « piqueurs-suceurs ».

Les piqueurs-suceurs

Les insectes piqueurs-suceurs possèdent des pièces buccales appelées stylets qui leur permettent de percer la peau des animaux ou les tissus de végétaux afin d'aspirer les liquides internes.

Certains d'entre eux, comme les cigales et les pucerons, se nourrissent de la sève des plantes; d'autres, comme les punaises des lits, sucent le sang des humains et de certains animaux vertébrés; d'autres encore, comme les punaises assassines et les léthocères, se nourrissent d'insectes. Ces derniers peuvent piquer une proie, lui injecter de la salive pour liquéfier ses tissus et ensuite les absorber.

Les mouches noires, les brûlots, les mouches à chevreuil et les moustiques sont eux aussi des insectes piqueurs-suceurs. Les stylets, au nombre de six (deux mandibules, deux maxilles, l'hypopharynx et le labre), sont habituellement élargis et en forme de couteaux, sauf chez les moustiques, où ils sont très minces et en forme d'aiguilles.

Contrairement à ce que bien des gens croient, les mouches noires n'ont pas les « outils » nécessaires pour arracher des morceaux de peau. En réalité, les petites blessures qu'elles nous infligent sont provoquées par le cisaillement des stylets.

Les moustiques femelles, pour leur part, enfoncent leurs longues mandibules profondément dans la peau, à la manière d'une seringue, jusqu'à ce qu'elles rencontrent un capillaire. Puis, elles aspirent le sang qui coule. Comme tous les insectes hématophages (qui se nourrissent de sang), elles injectent de la salive afin de prévenir la coagulation du sang. C'est cette salive qui provoque l'enflure et les démangeaisons si désagréables.

Add this