Menu global

Marie-Hélène Brice

Français
Marie-Hélène Brice
Crédit photo : IRBV / Amélie Philibert
Marie-Hélène Brice
  • Marie-Hélène Brice
  • Végétation près du pont de l’A25, sur le bord de la rivière des Prairies.
  • Vue aérienne d’une pessière.
  • Forêt laurentienne.

Chercheuse au Jardin botanique depuis 2021, je suis une biologiste spécialisée en écologie forestière et en écologie numérique. L'objectif de mes recherches est de comprendre comment les communautés végétales répondent aux changements globaux. Mes projets vont des vastes étendues de forêt boréale aux petits espaces verts en milieux urbains.

  • Botaniste chercheuse, Jardin botanique de Montréal
  • Professeure associée, Département de sciences biologiques, Université de Montréal

Domaines des recherche et d'expertise

  • Dynamique forestière 
  • Biodiversité des communautés végétales
  • Changements climatiques
  • Écologie des perturbations 
  • Écologie urbaine 
  • Résilience

Formation

Doctorat - Sciences biologiques, 2020
Université de Montréal

À propos de mon travail

L'objectif de mes recherches est de comprendre comment les communautés végétales répondent aux changements globaux, notamment au réchauffement climatique, à l'aménagement forestier et à l'urbanisation. 

J'étudie autant les forêts boréales que les espaces verts en milieux urbains. J'analyse les changements de la biodiversité dans l'espace et le temps et j'essaie d'en comprendre les causes. Ma recherche est motivée par un fort désir de traduire les découvertes scientifiques en connaissances pour la conservation et l'aménagement.

Étudier les changements passés pour mieux prédire le futur

Comment les perturbations humaines et naturelles ont-elles influencé la dynamique forestière dans le passé? Quels seront leurs effets sur les trajectoires des forêts dans le futur? Et comment les changements climatiques viendront-ils bouleverser ces trajectoires? Pour répondre à ces questions, j'utilise un large éventail de méthodes. Afin de comprendre les changements passés, je réalise des inventaires de végétation ou bien j'analyse des bases de données pour comparer des inventaires historiques et contemporains. À l'aide de données sur le climat, l'utilisation des sols et l'historique des perturbations, je peux identifier les causes de ces changements.

Et pour projeter la composition forestière dans le futur, j'utilise plutôt la modélisation, laquelle permet de jouer avec de nombreux facteurs environnementaux isolés ou en interaction. Pour mener à bien mes projets de recherche, je collabore avec des spécialistes de différents domaines, comme des forestiers, des horticulteurs et des modélisateurs.

Pourquoi j’aime la recherche

J'ai choisi la recherche pour faire avancer les connaissances et, à mon échelle, changer le monde! J'aime la nature, je veux mieux la connaître pour mieux la comprendre. C'est ce que je fais en collaborant avec différents spécialistes et avec des étudiants, en prenant des mesures sur le terrain ou en analysant des données.

Ma principale source de motivation est l'espoir que mes travaux seront des ressources utiles pour améliorer la conservation et l'aménagement des écosystèmes. Plus j'en apprends, plus je suis en mesure de répondre à des enjeux concrets, mais, en même temps, plus je me pose de nouvelles questions; C'est cette dynamique qui rend ce travail si passionnant.

Add this