Menu global

Histoire de la Biosphère

Français
Structure de la Biosphère en 1968
Crédit photo : Archives de la Ville de Montréal, VM94-EX136-779
 Structure de la Biosphère en 1968
  •  Structure de la Biosphère en 1968
  • Salles d'exposition de la Biosphère en mai 1968
  • Vue aérienne de l’Île Sainte-Hélène et de la Biosphère avec le centre-ville de Montréal en arrière-plan.

La Biosphère est un lieu unique et spectaculaire. Son dôme, un symbole d’innovation sociale et d’inventivité humaine, est connu depuis 1967. C’est en 1995 que la structure a commencé à abriter le premier musée entièrement dédié aux liens entre société et environnement en Amérique du Nord. À ce jour, il demeure le seul musée en son genre.

Depuis sa fondation, le musée a collaboré à plusieurs projets multidisciplinaires en éducation relative à l’environnement et développé des dizaines d’animations scientifiques. Depuis son ouverture, la Biosphère a présenté plus de 65 expositions.

Toujours aussi pertinentes, les expositions et activités éducatives du musée ont évolué au fil du temps pour s’adapter aux enjeux et aux tendances en éducation environnementale.

1967-1995

1963 En 1963, l’île Sainte-Hélène est agrandie par remblai et l’île Notre-Dame est créée de toutes pièces à même le fleuve Saint-Laurent, pour accueillir le site de la future Exposition universelle de 1967. En 1964, la United States Information Agency demande à Richard Buckminster Fuller, architecte et designer américain connu pour ses dômes géodésiques, de lui présenter un projet architectural pour la participation américaine à l’exposition. Sa première vision pour le pavillon des États-Unis était celle d’un observatoire sur le futur de la planète.
1967 Le Pavillon des États-Unis est l’une des attractions majeures de l’Exposition universelle de 1967. Il accueille plus de 9 millions de visiteurs en six mois.
Le 20 juillet 1967,: le gouvernement américain fait don de son pavillon à la Ville de Montréal.
1968 La Ville de Montréal transforme l’intérieur du dôme en immense volière et en une série de jardins suspendus conçus par le Jardin botanique de Montréal.
Le bâtiment prend le nom de Biosphère.
1976 Lors de travaux de réfection de la structure du bâtiment, un incendie accidentel détruit l’enveloppe externe de la Biosphère. Cette « peau » transparente en acrylique ne sera jamais remplacée.
L’accès au site est interdit pour plusieurs années.
1990 Le plan d’aménagement du parc des Îles (aujourd’hui parc Jean-Drapeau) est approuvé.
Environnement Canada signe une entente avec la Ville de Montréal pour aménager la Biosphère en un lieu consacré à l’eau et à l’écosystème Saint Laurent — Grands Lacs.
1992 Le Sommet de la Terre de Rio de Janeiro marque le début de la lutte politique canadienne et mondiale contre les changements climatiques et la désertification, ainsi que pour le maintien de la biodiversité. L’existence de la Biosphère est intimement liée à cet engagement.
À la suite d’un concours, Éric Gauthier, architecte montréalais, reçoit le mandat de réaménager la structure intérieure du bâtiment dans le respect du concept original.
1994 Environnement Canada prend sous sa responsabilité la mission et l’orientation du projet, le contenu thématique, ainsi que l’exploitation de l’établissement pour 25 ans.

1995-2020

1995 Le 5 juin marque l’inauguration de la Biosphère sous la responsabilité d’Environnement Canada.
Le Réseau d’observation active de la Biosphère lance ses activités de récolte de données sur la qualité de l’eau. Ceci marque pour le musée un début pour de nombreuses initiatives en sciences citoyennes.
2000 Pour ses cinq ans, la Biosphère prend place parmi les pionniers en éducation environnementale avec son exposition Attention climat.
2001 Une première BioTrousse est conçue. Aujourd’hui, une douzaine de ces BioTrousses sont disponibles à travers le pays.
2007 La Biosphère ajoute « Musée de l’environnement » à son nom. Son mandat en éducation environnementale régionale s’élargit à l’ensemble du Canada.
Inauguration du Centre national d’expertise en éducation relative à l’environnement et à l’engagement.
L’institution consolide sa notoriété dans le milieu scolaire et celui de l’enseignement à distance en lançant une nouvelle programmation scolaire pancanadienne. Des vidéoconférences sont réalisées dans les studios de télédiffusion de la Biosphère.
2010 Inauguration des toits verts et du jardin intérieur dans le contexte de l’Année internationale de la biodiversité.
2017 Pour le 150e anniversaire de la Confédération canadienne, le 50e anniversaire d’Expo 67 et le 375e de Montréal, quatre nouvelles expositions permanentes ont été créées.
Inauguration d’un éclairage architectural sur le dôme. Celui-ci change de couleur au gré des saisons.
2020 La pandémie de COVID-19 oblige l’institution à fermer ses portes pendant plusieurs mois. En 25 ans, outre une fermeture lors de la crise du verglas de 2018, jamais le musée n’avait fermé.
La Biosphère célèbre 25 ans d’existence et produit une vidéo dans laquelle Hubert Reeves souligne l’apport de l’institution. Le célèbre astrophysicien et écologiste était l’un des premiers ambassadeurs de la Biosphère en 1995.
2021 Le 12 avril 2021, le gouvernement du Canada, le gouvernement du Québec et la Ville de Montréal ont annoncé leur association pour permettre le transfert des opérations de la Biosphère à la Ville de Montréal, propriétaire de l'édifice, et assurer son financement. L'exploitation du musée est confiée à Espace pour la vie.

Add this

Partager cette page