Blogue

Qu’en est-il des guêpes sociales et des frelons au Québec?

La guêpe germanique (Vespula germanica) est une espèce commune observée au Québec.
Credit: André Sarazzin
La guêpe germanique (Vespula germanica) est une espèce commune observée au Québec.
  • La guêpe germanique (Vespula germanica) est une espèce commune observée au Québec.
  • La guêpe à taches blanches (Dolichovespula maculata) est notre plus grande espèce de guêpe sociale. Sa coloration blanche et noire est très caractéristique.
  • Le frelon asiatique géant (Vespa mandarinia)
Qu’en est-il des guêpes sociales et des frelons au Québec?

Cette année, les grandes chaleurs sont arrivées plus tôt. Puisque les insectes dépendent de la température pour s’activer, ils sont déjà très présents autour de nous. C’est notamment le cas des reines des guêpes sociales. Celles-ci, plus grosses que les ouvrières observées à l’automne, sont sorties de leur torpeur hivernale à la recherche de nectar et d’un lieu pour fabriquer leur nid. Des observations récentes du frelon asiatique géant (Vespa mandarinia) au Canada ont aussi surpris plusieurs d’entre vous, qui êtes inquiets de voir cet insecte s’installer au Québec. Comment pouvons-nous distinguer les frelons des autres guêpes sociales et, surtout, qu’en est-il de la présence de frelons dans notre province?

Une question de couleur… et de dimension!

Les frelons et les guêpes sociales sont des hyménoptères appartenant à la sous-famille des Vespines (Vespinae). Au Québec, on compte 14 espèces indigènes de Vespines (neuf espèces du genre Vespula, cinq du genre Dolichovespula) et une espèce introduite dans la région de l’Outaouais : Vespa crabro communément appelée « frelon européen ». À l’exception de quelques espèces de Dolichovespula, qui sont blanches et noires, la grande majorité de nos espèces de guêpes sociales sont de couleur jaune et noire. Aussi, bien que le frelon européen ressemble à nos guêpes sociales, sa tête et son thorax sont, en général, beaucoup plus brunâtres. Les frelons ont d’ailleurs un trait particulier sur la tête qui, lorsqu’observée en vue dorsale, présente une région située derrière les yeux composés qui est beaucoup plus large que chez les autres Vespines. 

Si l’on compare nos espèces indigènes à l’espèce introduite Vespa crabro, la différence est aussi… de taille! Ainsi, la plupart de nos espèces indigènes mesurent entre 7 et 18 mm (incluant les reines). Une ouvrière Vespa crabro a une taille qui varie de 18 à 25 mm et sa reine peut atteindre 40 mm!

Toutes ces espèces de guêpes sociales fabriquent un nid de papier gris globuleux dans lequel se loge leur colonie. Toutefois, ici encore, des différences sont à noter : les guêpes du genre Vespula fabriquent généralement leur nid dans le sol alors que les Dolichovespula construisent plutôt des nids aériens exposés aux intempéries (branches d’arbres, soffites, etc.). L’espèce introduite Vespa crabro choisit quant à elle une cavité préexistante dans un arbre, un mur ou encore de vieilles granges abandonnées. L’espèce s’installe très rarement dans le sol. 

Frelon européen et asiatique : à surveiller!

En automne 2019, des individus de l’espèce Vespa mandarinia ou frelon asiatique géant ont été observés à Nanaimo, en Colombie-Britannique. Originaire d’Asie, cette espèce est une nouvelle venue sur le continent américain. Il s’agit de la plus grande de toutes les espèces de frelons : ses ouvrières mesurent de 25 à 40 mm et ses reines de 45 à 55 mm! Cette espèce se nourrit exclusivement d'insectes, notamment d'abeilles domestiques. On croit que Vespa mandarinia pourrait survivre à nos hivers, mais, pour l’instant, l’espèce n’est pas installée de façon définitive. D’ailleurs, les spécialistes surveillent de près sa présence sur le continent pour éviter son établissement.

C’est une tout autre histoire pour le frelon européen, car cette espèce a été trouvée pour la première fois au Québec, à Aylmer, en 2004. Elle est depuis observée dans la province chaque année et semble installée pour rester. Le frelon européen se rencontre principalement dans les boisés, où il se nourrit d’insectes et d’araignées. Il  est rarement une nuisance et n’est pas spécialement agressif. Comme pour toutes les espèces de vespines, il faut toutefois éviter de s’approcher de son nid, car sa piqûre est douloureuse (notamment en raison du diamètre de son aiguillon). Elle n’est cependant pas mortelle, même lorsqu'une personne est attaquée par plusieurs dizaines de frelons, à moins d’être allergique au venin.

Utiles malgré tout!

Nos espèces de guêpes sociales indigènes nourrissent leurs larves de divers insectes et d’autres sources de protéines animales. Elles-mêmes s’alimentent de substances sucrées dont le nectar des plantes. Bien que ces insectes nous semblent menaçants, il ne faut pas oublier qu’il s’agit de pollinisateurs efficaces et de prédateurs voraces qui contrôlent les populations d’autres insectes. Leurs rôles écologiques sont donc essentiels… d’où l’importance de bien les protéger!

Partager cette page

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :
1 Commentaire(s)
Portrait de Louise Dufresne
Louise Dufresne

J'ai plusieurs petits-fils et lorsque nous trouvons des insectes, j'aime bien donner leur nom et surtout leur apprendre ce qu'ils font dans la nature. Merci

Ajouter un commentaire
Portrait de Anonymous