Blogue

Charles Messier, le chasseur des comètes

Portrait de Charles Messier. Source : Stoyan R. et al. Atlas of the Messier Objects: Highlights of the Deep Sky. — Cambridge: Cambridge University Press, 2008. — P. 15.
Credit: Ansiaume (1729—1786)
Portrait de Charles Messier
  • Portrait de Charles Messier
  • La grande comète de 1769 découverte par Messier
  • La nébuleuse d’Orion dessinée par Messier et désignée par M42 dans son catalogue.
Charles Messier, le chasseur des comètes

Qui est Charles Messier?

Charles Messier est un nom connu chez les astronomes amateurs, car il est le concepteur d’un catalogue d’objets astronomiques qui sont facilement repérables avec un instrument simple. Regardons d’un peu plus près qui est cet astronome.

Charles Messier est né le 26 juin 1730 dans la région de Lorraine, en France. Pendant son adolescence, il est fasciné par l’observation de la comète de Chéseaux en 1744 et d’une éclipse de Soleil quatre ans plus tard.

Grâce à ses talents en écriture et en dessin, Messier est embauché au Dépôt de la Marine pour travailler avec l’astronome Joseph-Nicolas Delisle en 1751. Par la suite, Libour, le secrétaire de Delisle, initie Messier à la manipulation des instruments de l’observatoire de l’Hôtel de Cluny, situé au cœur de Paris. L’observation du ciel devient une passion pour Messier.

Il entreprend dès lors une longue carrière de chasseurs de comètes. Après avoir observé le retour de la comète de Halley en 1759, il découvre sa première comète un an plus tard. Dans les 15 années suivantes, presque toutes les nouvelles comètes sont découvertes par lui. Au total, il découvre 20 comètes et en étudie 44 autres, ce qui lui vaut le surnom de « furet des comètes » par le roi Louis XV.

Un catalogue utile

L’une des grandes difficultés au temps de Messier est de distinguer les objets nébuleux qui ressemblent, à s’y méprendre, à une comète lorsqu’on les observe avec les télescopes de l’époque. Ces objets restent fixes sur la voûte céleste à la différence des comètes qui se déplacent au fil des nuits.

Pour faciliter ses recherches, Messier entreprend de cataloguer ces objets nébuleux pour aider les astronomes à ne pas les confondre avec les comètes.

Une première version de son Catalogue des nébuleuses et des amas d’étoiles, que l’on découvre parmi les étoiles fixes, comprenant 45 objets, est publiée en 1774. Elle est suivie d’une seconde version en 1780 avec 68 objets. La version finale de son catalogue est publiée en 1781 et contient 103 objets.

C’est au 20e siècle que le catalogue définitif de 110 objets sera complété.

Une chute fatidique

En 1781, Messier fait une chute de plus de 7 m dans une grotte et se blesse sérieusement. Il doit alors suivre une longue convalescence qui le garde toute une année loin de l’observatoire de Cluny. Malgré cet incident, il poursuit ses observations jusqu’à l’âge de 82 ans. Sa vue étant alors devenue trop faible, il doit se résoudre à mettre fin à sa carrière d’observateur. Messier s’éteint à Paris le 12 avril 1817 à l’âge de 86 ans, paralysé et presque aveugle, léguant en héritage un catalogue encore utilisé aujourd’hui.

Partager cette page

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :
Ajouter un commentaire
Portrait de Anonymous