Blogue

Insectes bijoux

Metaxymorpha nigrofasciata (Nouvelle-Guinée)
Credit: Insectarium de Montréal (René Limoges)
Metaxymorpha nigrofasciata (Nouvelle-Guinée)
  • Metaxymorpha nigrofasciata (Nouvelle-Guinée)
  • Chrysochroa ephippigera (Vietnam)
  • Chrysina aurigans (Costa Rica)
Insectes bijoux

Rédigé le 4 décembre 2014

Depuis fort longtemps, la beauté et la magnificence des insectes sont une source d’inspiration pour les peintres, les sculpteurs, les écrivains, tous les artistes en général. Il n’est pas surprenant de constater que les chamans, populations de diverses tribus, joailliers d’aujourd’hui, ont utilisé et utilisent les insectes comme matières premières telle des « pierres précieuses » pour les transformer en colliers, boucles d’oreilles ou parures magnifiques.

En effet, les insectes et en particulier les coléoptères en raison de leurs carapaces dures et solides (élytres) sont de véritables « pierres précieuses » vivantes. Les noms scientifiques ou communs de certains coléoptères sont en lien direct avec la beauté et le chatoiement des couleurs ou des reflets métalliques qu’ils offrent à notre regard.

Parmi ceux-ci, notons l’éclat aussi brillant que l’or ou l’argent des scarabées Chrysina resplendens, C. chrysargyrea, Chrysophora chrysocholora et Pelidnota sumptuosa. Ces noms d’origine grecs signifient « or », « argent », « doré », « qui porte de l’or et du vert-or » et « somptueux ».  Des joailliers de renom tels quel Cartier, Robert Phillips ou Fabergé ont créé, à partir de ces scarabées, des broches magnifiques pour des reines ou des monarques.

Une autre famille de coléoptères qui n’a rien à envier aux scarabéides est celle des buprestides. Ces derniers possèdent eux aussi des élytres brillants, aux éclats métalliques et multicolores. Le reflet au soleil de ces insectes bijoux révèle une palette de couleurs féériques. La littérature mentionne que dès l’an 650, le Japon utilisait les coléoptères comme bijoux! En Inde, l’utilisation des élytres de buprestes remonte à l’an 1600.

Certains de ces insectes bijoux sont parmi les plus beaux joyaux vivants de la planète et font encore aujourd'hui rêver grâce à leurs mille parures.

Partager cette page

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :
3 Commentaire(s)
Portrait de Piquer Elodie
Piquer Elodie

Bonjour,
Je viens de lire votre article, il est très instructif, merci.
Vous dites que des grands joaillers tels que Cartier ou Fabergé se sont servis des insectes dans leurs créations? Vous voulez dire des vrais insectes naturalisés?
Ce sujet m'intéresse, auriez-vous des références à me donner?
Pour tout vous dire, je suis à la recherche de traces écrites, d'archives ou de photos qui pourraient prouver que des coléoptères ont pu être utilisés dans la joaillerie. Une enthomologue française, m'expliquait qu'au 19ème siècle, il était de coutume de porter des insectes sur broche, rehausser de pierres précieuses ou feuille d'or. L'ennui c'est que je ne trouve pas grand chose à ce sujet. Je suis doreuse ornemaniste sur insectes et végétaux, et j'aimerai par curiosité trouver l'origine de la technique que j'utilise :)
Je vous remercie par avance de l'intérêt que vous porterez à mon message.
Par avance merci.
Elodie

Logo
Espace pour la vie

Bonjour,
Merci pour votre commentaire. Je m'intéresse aussi au sujet depuis longtemps. Fabergé, Lalique, Aucoc, etc. ont surtout utilisés les insectes comme source d'inspiration. Parfois avec des élytres mais plus rarement.
Ref: Jewel Bugs and Butterflies de Nissenson & Jonas, Abrahams edit.2000
Des joailliers de grand renom comme Gilbert Albert et d'autres utilisent des parties d'insectes comme les élytres ou le corps au complet sans les pattes pour la création de magnifiques bijoux.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Gilbert_Albert
Espérant le tout utile,
Cordialement,
Stéphane Le Tirant

Portrait de Stephane Le Tirant
Stephane Le Tirant

Bonjour,
Merci pour votre commentaire. Je m'intéresse aussi au sujet depuis longtemps. Fabergé, Lalique, Aucoc, etc. ont surtout utilisés les insectes comme source d'inspiration. Parfois avec des élytres mais plus rarement.
Ref: Jewel Bugs and Butterflies de Nissenson & Jonas, Abrahams edit.2000
Des joailliers de grand renom comme Gilbert Albert et d'autres utilisent des parties d'insectes comme les élytres ou le corps au complet sans les pattes pour la création de magnifiques bijoux.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Gilbert_Albert
Espérant le tout utile,
Cordialement,
Stéphane Le Tirant

Ajouter un commentaire
Portrait de Anonymous