Menu global

Carnet horticole et botanique

Les principaux ennemis du lilas

Français
Syringa vulgaris (ici, le cultivar 'Mrs.Edward Harding') est plus susceptible d’être attaqué par la sésie
Credit: Jardin botanique de Montréal (Gilles Murray)

Les insectes

La sésie du lilas est un papillon dont la larve creuse des galeries dans le tronc et les grosses tiges (2,5 cm ou plus de diamètre).

Les arbustes attaqués sont affaiblis. Durant l’été, le feuillage des lilas sévèrement affectés se fane, jaunit et peut tomber prématurément, surtout lors des journées chaudes et venteuses. La présence de sciure à l’entrée des galeries est aussi un indice d’infestation. Il est important de couper les tiges atteintes dès l’apparition des symptômes et de les jeter.

Certains lilas, tels S. vulgaris et ses cultivars, sont plus susceptibles d’être attaqués par la sésie. En pratiquant le rajeunissement progressif, on diminue les risques de dommages par cet insecte, car les tiges de l’arbuste conservent un diamètre relativement faible.

La cochenille virgule est un petit insecte suceur, d’environ 3 mm de long, recouvert d'une écaille brunâtre de la forme d'une coquille d'huître. En grand nombre, elle peut causer la mort des rameaux. L’huile horticole peut aider à éliminer cet insecte mais si les branches sont sévèrement infestées, il est souvent préférable de les couper et de les jeter.

La fausse-teigne du lilas est un papillon dont la larve creuse des galeries à l’intérieur des feuilles. Les dégâts ont peu de conséquences sur la survie de l’arbuste. L’élimination régulière des feuilles affectées permet de réduire la prochaine infestation.

Les maladies

Le blanc ou mildiou poudreux est une maladie fongique qui prend la forme d'un duvet blanc sur les feuilles et qui apparaît généralement en août lorsque les jours sont chauds et humides. Cette maladie cause peu de dommages à la plante.

Diverses taches foliaires, d'origine bactérienne ou virale, peuvent affecter le lilas. On taille les branches atteintes en prenant soin de désinfecter les outils de taille avec de l'alcool à friction.

Le balai de sorcière, causé par un microorganisme, provoque une croissance désordonnée de la plante. Les lilas du groupe Syringa x prestoniae sont plus vulnérables. Il faut éliminer les parties atteintes et désinfecter les outils entre les coupes.

La brûlure bactérienne du lilas est une maladie qui cause une brûlure des tissus, un dépérissement et une sensibilité des tiges tendres au gel. Les pousses terminales prennent un aspect desséché ou noirci comme si elles étaient brûlées. Le feuillage peut montrer des déformations et des lésions brunâtres. Il faut éliminer les parties affectées en coupant jusqu’à 60 cm de partie saine et désinfecter les outils de taille entre chaque coupe.

Les rongeurs

Le campagnol des champs, un petit mammifère, peut causer des dommages considérables en grugeant l'écorce des lilas. L'installation d'une barrière physique, une spirale blanche perforée par exemple, est une bonne mesure préventive.