Menu global

Carnet horticole et botanique

Asclépiade

Français
Asclépiade commune.
Credit: Ministère des Ressources naturelles du Québec  

Des petits cochons envahissants...

Quelle est cette plante sauvage que les Anglais appellent milkweed et qui produit une « cocotte » s'ouvrant lorsqu'elle est mûre à l'automne en répandant des graines munies de soies?

En langue française, on désigne cette plante sous plusieurs noms : asclépiade commune, petits cochons ou cochons de lait. Ces noms font référence à ses fruits duveteux, appelés follicules, et au latex blanchâtre qui s'écoule lorsque l'on coupe la plante.

Son nom scientifique est Asclepias syriaca, mais cette appellation est déroutante, puisque cette espèce ne vient pas de Syrie. Elle est exclusivement américaine et certainement indigène au Québec. Elle fut d'ailleurs une des premières espèces de ce continent à être décrite scientifiquement par le botaniste Cornut en 1635.

L'asclépiade est considérée comme une mauvaise herbe, car elle est très envahissante. Elle forme de grandes colonies dans les champs et les lieux vagues. Elle est peu exigeante pour le sol. On peut l'inclure dans un jardin de fleurs sauvages.

L'asclépiade fournit plusieurs produits intéressants : caoutchouc, aigrettes, nourriture. Les très jeunes pousses, une fois bouillies, peuvent se manger en guise d'asperges. Au début du siècle, l'asclépiade fut l'objet de plusieurs tentatives afin d'en extraire le caoutchouc et d'utiliser ses aigrettes soyeuses dans divers produits textiles. Durant la dernière guerre, on utilisait ses soies pour bourrer les vestes de sauvetage. Ces aigrettes, qui sont en fait des tubes microscopiques, leur confèrent la possibilité de flotter et aussi d'être un très bon isolant. De nos jours, l'asclépiade est cultivée commercialement aux États-Unis et ses aigrettes sont utilisées en mélange avec la plume pour le rembourrage dans les douillettes et les oreillers.

L'asclépiade est la nourriture de plusieurs papillons, dont le plus connu est le grand monarque.

Pour plus d'information, consultez la Flore Laurentienne du Frère Marie-Victorin.

Add this

Partager cette page