Menu global

Gestion différenciée

Français
Gestion différenciée
Credit: Jardin botanique de Montréal (Michel Tremblay)

Gestion différenciée : intervenir moins, intervenir mieux

La gestion différenciée consiste à réduire les interventions dans certaines zones du Jardin, en tenant compte des besoins des plantes et de l’utilisation qui est faite de l’espace. L'entretien des aires gazonnées, par exemple, consiste habituellement en une tonte courte et régulière. Cette méthode entraîne un appauvrissement de la diversité des espèces, favorise la présence de pissenlits et d'herbe à poux, tout en occasionnant des coûts élevés d'entretien. Lorsque l’on réduit la fréquence de la tonte du gazon, la couverture végétale se diversifie et sa résistance à la sécheresse et aux ravageurs augmente.

En plus de favoriser la diversité biologique, d'améliorer la qualité du paysage et la santé des espaces verts, il s'agit d'une méthode efficace de lutte contre plusieurs plantes envahissantes. Cette nouvelle approche est doublement avantageuse, puisqu'elle répond à des préoccupations écologiques et économiques.

La gestion différenciée au Jardin botanique de Montréal

Le plan de gestion différenciée au Jardin botanique, mis sur pied au cours de l'hiver 2012, cible particulièrement les aires gazonnées de l'Arboretum et les pourtours des étangs. Plusieurs projets pilotes en cours de réalisation sont directement inspirés de cette approche: naturalisation d'une bande riveraine autour des étangs, réduction de la fréquence de la tonte dans certaines sections de l'Arboretum, implantation d'un pré fleuri. Une attention particulière sera apportée au choix des sites et à leur aménagement de façon à ce que les zones plus naturelles s'intègrent harmonieusement aux jardins qui exigent plus d'entretien.

La bonne plante au bon endroit

Le choix des végétaux peut avoir un impact considérable sur les besoin en entretien d’un jardin. Les végétaux doivent d'abord être sélectionnés en fonction des conditions du site (ensoleillement, type de sol, espace disponible, etc.). Les espèces indigènes s’adaptent aux conditions du milieu sans exiger de soins particuliers. Elles seront donc privilégiées dans les zones où l’entretien est limité. Les espèces plus exigeantes en termes d’arrosage, de fertilisation et de taille seront regroupées sur certains sites. La diversité des plantations est également un facteur important dans le choix des espèces. Elle améliore la résistance du jardin aux dommages des ravageurs.